Constitution de la Malaisie 

PARTIE III - LA CITOYENNETÉ 
Chapitre 2 - Cessation de la Citoyenneté 

Numéro d'article: 23 
23. 
• Tout citoyen de plus ou de l'âge de vingt et un ans et sain d'esprit qui est aussi ou est sur le point de devenir un citoyen d'un autre pays peut renoncer à sa citoyenneté de la Fédération, par déclaration déposée par le gouvernement fédéral, et cessera alors d' être un citoyen. 
• (2) Une déclaration faite en vertu du présent article pendant toute la guerre dans laquelle la Fédération est engagée ne doit pas être enregistrés, sauf avec l'approbation du gouvernement fédéral. 
• (3) Le présent article s'applique à une femme de moins de vingt et un ans qui a été marié comme il s'applique à une personne ou au-dessus de cet âge. 

Numéro d'article: 24 
24. 
• (1) Si le gouvernement fédéral est convaincu que tout citoyen a acquises par l'enregistrement, la naturalisation ou autre acte volontaire et formel (autre que le mariage), la citoyenneté d'un pays extérieur à la Fédération, le gouvernement fédéral peut, par ordonnance de priver cette personne de son citoyenneté. 
• (2) Si le gouvernement fédéral est convaincu que tout citoyen a volontairement revendiqué et exercé dans n'importe quel pays, étant droits accordés exclusivement à ses citoyens, le gouvernement fédéral peut, par ordonnance de priver cette personne de sa citoyenneté. 
• (3) (Abrogé) 
        
• (3A) Sans préjudice de la généralité de la clause (2), l'exercice d'un vote lors de toute élection politique dans un endroit hors de la Fédération est réputée pour être la demande volontaire et l'exercice d'un droit disponibles sous la loi de ce lieu , et aux fins de l'alinéa (2), une personne qui, après la date que le Yang di-Pertuan Agong peut nommer par ordonnance aux fins de la présente clause - 
       
• (a) s'applique aux autorités d'un lieu hors de la Fédération pour la délivrance ou le renouvellement d'un passeport; 
       
• (b) se sert de passeport émis par ces autorités comme document de voyages, 
       
• est considérée comme volontaire à revendiquer et exercer un droit de disposition sous la loi de ce lieu, étant un droit accordé exclusivement aux citoyens de ce lieu. 
• (4) Si le gouvernement fédéral est convaincu que toute femme qui est un citoyen par enregistrement en vertu alinéa (1) de l'article 15 a acquis la citoyenneté d'un pays hors de la Fédération en vertu de son mariage avec une personne qui n'est pas un citoyen , le gouvernement fédéral peut, par ordonnance de priver son de sa citoyenneté. 
Numéro d'article: 25 
25. 
(1) Le gouvernement fédéral peut, par ordonnance priver de sa citoyenneté à toute personne qui est un citoyen par enregistrement en vertu l'article 16 bis ou 17 ou d'un citoyen par naturalisation s'il est convaincu - 
      
• (a) qu'il s'est manifesté par acte ou la parole d'être déloyaux ou mécontents envers la Fédération; 
      
• (b) qu'il a, pendant toute la guerre dans laquelle la Fédération est ou a été engagée, illégalement échangés ou communiqués à un ennemi ou ont été engagés ou associés à toute entreprise qui, à sa connaissance a été effectué sur la manière d'aider une l'ennemi dans cette guerre, ou 
      
• (c) qu'il a, dans le délai de cinq ans à compter de la date de l'enregistrement ou la délivrance du certificat, été condamné dans aucun pays à l'emprisonnement pour une durée d'au moins douze mois ou d'une amende de ne pas moins de cinq mille ringgit ou l'équivalent en monnaie de ce pays, et n'a pas reçu un pardon absolu à l'égard de l'infraction pour laquelle il a été ainsi condamnée. 
• (1A) Le gouvernement fédéral peut, par ordonnance priver de sa citoyenneté à toute personne qui est un citoyen par enregistrement en vertu l'article 16 bis ou 17 ou d'un citoyen par naturalisation s'il est convaincu que sans l'approbation du gouvernement fédéral, il a accepté, servi dans, ou exécutés les fonctions d'un bureau, poste ou emploi sous le gouvernement de tout pays en dehors de la Fédération ou de toute subdivision politique de celui-ci, ou sous tout autre organisme d'un tel gouvernement, en tout cas du serment, l'affirmation ou la déclaration d'allégeance est nécessaire l'égard du bureau, de poste ou l'emploi: 
Pourvu que la personne ne doit pas être privé de sa citoyenneté en vertu du présent article en raison de quoi que ce soit fait avant le début d'Octobre 1962, par rapport à un pays étranger, et avant le début de Janvier 1977, par rapport à un pays du Commonwealth, nonobstant le fait qu'il était à l'époque un citoyen. 
• (2) Le gouvernement fédéral peut, par ordonnance priver de sa citoyenneté à toute personne qui est un citoyen par enregistrement en vertu l'article 16 bis ou 17 ou d'un citoyen par naturalisation s'il est convaincu qu'il a résidé habituellement dans les pays en dehors de la Fédération pour une période continue de cinq ans et durant cette période n'a ni - 
       
• (a) été à tout moment au service de la Fédération ou d'une organisation internationale dont le gouvernement fédéral a été un membre, ni 
       
• (b) a enregistré chaque année auprès d'un consulat de la Fédération de son intention de conserver sa citoyenneté: 
à condition que cette clause ne s'applique pas à toute période de résidence dans un pays du Commonwealth avant le début de Janvier 1977. 
• (3) (Abrogé) 

Numéro d'article: 26 
26. 
• (1) Le gouvernement fédéral peut, par ordonnance priver de sa citoyenneté à tout citoyen par l'enregistrement ou par naturalisation s'il est convaincu que l'inscription ou du certificat de naturalisation - 
        
• (a) a été obtenue au moyen de la fraude, la fausse représentation ou la dissimulation de tout fait important; 
        
• (b) a été effectuée ou accordé par erreur. 
• (2) Le gouvernement fédéral peut, par ordonnance priver de sa citoyenneté à toute femme qui est un citoyen par l'inscription à l'alinéa (1) de l'article 15 s'il est convaincu que le mariage en vertu de laquelle elle a été enregistré a été dissous, autrement que par décès , dans le délai de deux ans à compter de la date du mariage. 
• (3) (Abrogé). 
• (4) (Abrogé). 

Numéro d'article: 26a 

26A. Si une personne a renoncé à sa citoyenneté ou de son été privés à l'alinéa (1) de l'article 24 ou du paragraphe (a) du paragraphe (1) de l'article 26, le gouvernement fédéral peut, par ordonnance priver de sa citoyenneté à tout enfant à cette personne en vertu de lal'âge de vingt et un qui a ben enregistré comme citoyen en vertu de la présente Constitution et a été ainsi enregistrée comme étant l'enfant de cette personne ou de l'épouse de cette personne ou son mari. 

Numéro d'article: 26b 

26B. 
• (1) La renonciation ou la privation de citoyenneté ne doit pas congédier une personne de sa responsabilité à l'égard de toute action ou omission, avant il a cessé d'être un citoyen. 
• (2) Nul ne peut être privé de sa citoyenneté conformément à l'article 25, 26 ou 26A à moins que le gouvernement fédéral est convaincu qu'il n'est pas favorable au bien public qu'il devrait continuer à être un citoyen: et personne ne doit être privé de la citoyenneté vertu de l'article 25, paragraphe (b) de la clause (1) de l'article 26, ou article 26A si le gouvernement fédéral est convaincu que tant que résultat de la privation, il ne serait pas un citoyen de tout pays. 

Numéro d'article: 27 

27. 
• (1) Avant de rendre une ordonnance en vertu de l'article 24, 25 ou 26, le gouvernement fédéral doit donner à la personne contre laquelle l'ordonnance est proposé de faire un avis écrit l'informant de la terre sur laquelle la commande est proposé d'apporter des et de son droit d'avoir le cas visé à une commission d'enquête en vertu du présent article. 
• (2) Si une personne à qui un tel avis est donné s'applique à avoir le cas visé comme ci-dessus le gouvernement fédéral peut, renvoyer l'affaire devant une commission d'enquête composée d'un président (étant une personne possédant une expérience judiciaire) et deux autres membres désigné par ce Gouvernement à cet effet. 
• (3) Dans le cas de toute référence, le comité doit tenir une enquête de telle manière que le gouvernement fédéral peut ordonner, et soumettra son rapport à ce gouvernement: et le gouvernement fédéral doit tenir compte de ce rapport pour déterminer s'il doit rendre l'ordonnance. 

Numéro d'article: 28 

28. 
• (1) Aux fins des dispositions qui précèdent du présent chapitre - 
        
• (a) toute personne qui, avant Merdeka Day est devenu un citoyen fédéral ou d'un citoyen de la Fédération par l'enregistrement en tant que citoyen ou en conséquence de son inscription en tant que citoyen ou en conséquence de son inscription en tant que sujet de la règle, ou par le délivrance d'un certificat de citoyenneté, en vertu des dispositions de l'accord Fédération de Malaisie, 1948, ou de toute autre loi de l'Etat doit être traité comme un citoyen par l'enregistrement et, s'il n'est pas né au sein de la Fédération, en tant que citoyen par l'enregistrement conformément à l'article 17; 
        
• (b) une femme qui, avant ce jour-là est devenu un citoyen fédéral ou d'un citoyen de la Fédération par l'enregistrement en tant que citoyen, ou en conséquence de son inscription en tant que sujet de la règle, en vertu des dispositions de ladite convention ou toute loi d'Étatautorisant l'inscription des femmes mariées à des citoyens de la Fédération ou à des sujets de la règle doit être traité comme un citoyen par enregistrement en vertu alinéa (1) de l'article 15; 
       
• (c) toute personne qui, avant cette journée a été naturalisé citoyen fédéral ou d'un citoyen de la Fédération vertu de l'accord dit de devenu un citoyen fédéral ou d'un citoyen de la Fédération à la suite de sa naturalisation comme le sujet d'une règle en vertu de toute droit de l'État (sous réserve de la clause (2)) sera traité comme un citoyen par naturalisation. 
et les références à ces dispositions à l'enregistrement ou la naturalisation d'un citoyen ne doit être interprétée en conséquence. 
• (2) Aucune personne née au sein de la Fédération est responsable en vertu du présent article d'être privés de la citoyenneté en vertu l'article 25. 
• (3) Une personne qui, à Merdeka Day est devenu un citoyen de plein droit comme ayant été citoyen de la Fédération immédiatement avant ce jour ne doit pas être privé de sa citoyenneté à l'alinéa (1) ou (2) de l'article 24 en raison de tout fait le ou avant ce jour-là, mais dans le cas d'une clause quelconque de ces personnes (2) de l'article 25 s'appliquent également en relation avec une période de résidence dans les pays étrangers commencent avant la Journée Merdeka et en relation avec une telle période commençant le ou après le ce jour-là. 

Numéro d'article: 28a 

28a. 
• (1) (abrogé) 
• (2) Pour l'application des articles 24, 25, 26 et 26A une personne qui, à la Malaisie Day devient un citoyen de plein droit parce immédiatement avant ce jour, il a le statut d'un citoyen du Royaume-Uni et des colonies doivent être traitées 
        
• (a) en tant que citoyen par enregistrement si il a acquis ce statut par l'enregistrement, et 
        
• (b) en tant que citoyen par naturalisation s'il a acquis ce statut ou par suite de la naturalisation; 
et les références de ces articles à l'enregistrement ou la naturalisation d'un citoyen ne doit être interprétée en conséquence. 
• (3) Si une femme est en vertu du présent article doit être traité comme un citoyen par l'enregistrement, et la conséquence du statut dont elle doit être traitée a été acquise par sa vertu du mariage, puis à des fins de la clause (4) de l'article 24 et la clause (2) de l'article 26, elle doit être traité comme un citoyen par enregistrement en vertu alinéa (1) de l'article 15. 
• (4) Si une personne née avant la Journée Malaisie est en vertu du présent article doit être traité comme un citoyen par un enregistrement en vertu d'un lien avec l'Etat de Sabah ou de Sarawak et qu'il n'est pas né dans les territoires compris dans les États de Sabah et deSarawak, l'article 25 s'appliquent à lui comme s'il était un citoyen par enregistrement en vertu l'article 16 bis ou 17 ans. 
• (5) Nonobstant le fait qu'une personne est en vertu du présent article doit être traité comme un citoyen par naturalisation, il ne doit pas être privé de sa citoyenneté en vertu de l'article 25, s'il est né avant le jour en Malaisie dans les territoires compris dans les États de Sabah et Sarawak et doit être traitée en vertu d'un statut acquis par ou en conséquence de la naturalisation dans ces territoires. 
• (6) Sans préjudice des clauses qui précède, le jour où la Malaisie une personne devient un citoyen de plein droit en vertu de tout statut possédés par lui immédiatement avant ce jour d'être privés de ce statut en vertu de la loi y relative, alors la Le gouvernement fédéral peut, par ordonnance le priver de sa citoyenneté, les procédures ir à cet effet sont commencés avant Septembre 1965: mais l'article (2) de l'article 26b et, sous réserve de la clause (7), l'article 27 s'applique à une ordonnance en vertu de cette clause comme elles s'appliquent à une ordonnance en vertu de l'article 25. 
• (7) Lorsqu'une personne est susceptible d'être privé de sa citoyenneté à l'alinéa (6) et la procédure avait commencé avant le jour en Malaisie pour le priver du statut de la vertu de laquelle il a obtenu sa citoyenneté, cette procédure doit être traitée comme une procédure de priver lui de la citoyenneté en vertu de cette clause, et doit être poursuivi conformément à la loi relative à ce statut immédiatement avant la Journée Malaisie, et les fonctions du gouvernement fédéral à cet égard doit être déléguée à une telle autorité de l'Etat en question comme le gouvernement fédéral peut déterminer. 

PARTIE III - LA CITOYENNETÉ 
Chapitre 3 - supplémentaires 

Numéro d'article: 29 

29. 
• (1) En conformité avec la position de la Fédération au sein du Commonwealth, toute personne qui est un citoyen de la Fédération bénéficie en vertu de cette citoyenneté le statut d'un citoyen du Commonwealth en commun avec les citoyens des pays du Commonwealth. 
• (2) Toute législation existante doit, sauf dans la mesure que le Parlement n'en dispose autrement, s'appliquent à un citoyen de la République d'Irlande, qui n'est pas aussi un citoyen du Commonwealth en tant qu'elle s'applique à un citoyen du Commonwealth. 

Numéro d'article: 30 

30. 
• (1) Le gouvernement fédéral peut, sur demande de toute personne à l'égard de la citoyenneté dont le doute existe, de fait ou de droit, certifie que la personne est un citoyen. 
• (2) Un certificat délivré conformément à la Clause (1) doit, sauf s'il est prouvé qu'il a été obtenu par des moyens frauduleux, fausse représentation ou la dissimulation de tout fait important, une preuve concluante que la personne à laquelle il se rapporte a été un citoyen la date du certificat, mais sans préjudice de toute preuve qu'il était un citoyen à une date antérieure. 
• (3) Aux fins de déterminer si une personne est née d'un citoyen de la Fédération, toute question de savoir si il est né un citoyen d'un autre pays doit être décidé par le gouvernement fédéral, dont le certificat sujet (jusqu'à preuve ont été obtenus par moyen de la fraude, la fausse représentation ou la dissimulation d'un fait matériel) sera concluante. 
• (4) (Abrogé) 

Numéro d'article: 30a 

30A. (Abrogé) 

Numéro d'article: 30b 

30B. (Abrogé) 

Numéro d'article: 31 

31. Jusqu'à Parlement n'en dispose autrement, les dispositions complémentaires contenues dans la partie lll de la deuxième annexe sont en vigueur pour les fins de la présente partie. 

PARTIE IV - LA FÉDÉRATION 
Chapitre 1 - Le chef suprême 

Numéro d'article: 32 

32. 
• (1) Il doit y avoir un chef suprême de la Fédération, d'être appelé le Yang di-Pertuan Agong, qui priment sur toutes les personnes dans la Fédération et ne doivent pas être soumis à aucune procédure que ce soit dans n'importe quel tribunal. 
• (2) Le conjoint du Yang di-Pertuan Agong (d'être appelé le Raja Permaisuri Agong) prend rang immédiatement après le Yang di-Pertuan Agong sur toutes les autres personnes dans la Fédération. 
• (3) Le Yang di-Pertuan Agong sont élus par la Conférence des chefs pour un mandat de cinq ans, mais peut à tout moment démissionner de ses fonctions par écrit de sa main adressée à la Conférence des chefs ou être démis de ses fonctions par le la Conférence des chefs, et cessera d'exercer ses fonctions cesse d'être une règle. 
• (4) Les dispositions de la partie I et III de la troisième annexe s'appliquent à l'élection et la révocation du Yang di-Pertuan Agong. 

Numéro d'article: 33 

33. 
• (1) Il doit y avoir un chef suprême adjoint de la Fédération (d'être appelé le Timbalan Yang di-Pertuan Agong), qui exerce les fonctions et les privilèges du Yang di-Pertuan Agong durant toute vacance du poste de Yang di-Pertuan Agong et pendant toute période durant laquelle le Yang di-Pertuan Agong est incapable d'exercer les fonctions de son bureau pour cause de maladie, absence de la Fédération ou pour toute autre cause, mais le Timbalan Yang di-Pertuan Agong ne doit pas exercer ces fonctions pendant toute incapacité ou l'absence du Yang di-Pertuan Agong qui devrait être inférieur à quinze jours, à moins que le Yang di-Pertuan Timbalan est convaincu qu'il est nécessaire ou opportun d'exercer de telles fonctions. 
• (2) Le Timbalan Yang di-Pertuan Agong sont élus par la Conférence des chefs pour un mandat de cinq ans, ou s'il est élu pendant la durée pour laquelle le Yang di-Pertuan Agong a été élu, pour la durée restant à courir, mais il peut à tout moment démissionner de ses fonctions par écrit de sa main adressée à la Conférence des chefs et cessera d'exercer ses fonctions cesse d'être une règle. 
• (3) Si au cours de la période pour laquelle l'Timbalan Yang di-Pertuan Agong a été élu une vacance survient dans le bureau du Yang di-Pertuan Agong son mandat expire à la cessation de la vacance. 
• (4) les dispositions de la partie II de la troisième annexe s'appliquent à l'élection du Timbalan Yang di-Pertuan Agong. 
• (5) Le Parlement peut par la loi prévoient l'exercice par un dirigeant des fonctions du Yang di-Pertuan Agong dans les cas où ces fonctions seraient à l'alinéa (1) automne pour être exercé en raison d'une vacance au sein du bureau de l'Timbalan Yang di-Pertuan Agong ou à sa maladie, d'absence de la Fédération ou à toute autre cause, mais une telle loi ne doit pas être adopté sans le consentement de la Conférence des Souverains. 

Numéro d'article: 34 

34. 
• (1) Le Yang di-Pertuan Agong ne doit pas exercer ses fonctions de gouverneur de son État, sauf ceux Chef de la religion de l'Islam. 
• (2) Le Yang di-Pertuan Agong ne doit pas tenir toute nomination transportant aucune rémunération. 
• (3) Le Yang di-Pertuan Agong ne doit pas s'engager activement dans toute entreprise commerciale. 
• (4) Le Yang di-Pertuan Agong ne reçoivent aucune émoluments de toute nature payables ou revenant à la règle de son Etat en vertu des dispositions de la Constitution de cet Etat ou de toute loi d'État. 
• (5) Le Yang di-Pertuan Agong ne doit pas, sans le consentement de la Conférence des chefs, être absent de la Fédération depuis plus de quinze jours, sauf lors d'une visite d'Etat dans un autre pays. 
• (6) Les alinéas (2) et (3) s'appliquent à l'Agong Raja Permaisuri. 
• (7) Lorsque le Timbalan Yang di-Pertuan Agong ou toute autre personne autorisée par la loi exerce les fonctions du Yang di-Pertuan Agong pour une période dépassant pas quinze jours Clause (1) à (5) s'applique à lui pendant cette période comme ils s'appliquent à le Yang di-Pertuan Agong. 
• (8) Rien dans l'article (1) doit éviter le Yang di-Pertuan Agong exerçant comme souverain de son Etat tout pouvoir qui lui sont conférés soit seul ou en conjonction avec toute autre autorité - 
        
• (a) de modifier la Constitution de l'État, ou 
        
• (b) de nommer un régent ou un membre d'un Conseil de régence à la place de toute Régent ou un membre, selon le cas peut être, qui est décédé ou est devenu incapable pour une raison quelconque d'exercer les fonctions de l'office de régent ou de membre du Conseil de régence ..... respectivement. 

Numéro d'article: 35 

35. 
• (1) du Parlement, par une loi de fournir une liste civile du Yang di-Pertuan Agong qui doit comprendre la fourniture d'une rente à verser à l'Agong Raja Permaisuri, et sera facturé sur le Fonds consolidé et ne doit pas être diminuée pendant la Yang di-Pertuan Agong de maintien en fonction. 
• (2) du Parlement, par une loi prévoient la renumeration de l'Timbalan Yang di-Pertuan Agong ou toute autre personne autorisée par la loi à exercer les fonctions du Yang di-Pertuan Agong durant toute période pendant laquelle il exerce les fonctions et les rémunération pour ce qui est prévu en vertu du présent article sont prélevés sur le Fonds consolidé. 

Numéro d'article: 36 

36. Le Yang di-Pertuan Agong doit conserver et utiliser le sceau public de la Fédération. 

Numéro d'article: 37 

37. 
• (1) Le Yang di-Pertuan Agong doit, avant d'exercer ses fonctions, prêter et souscrire, avant la Conférence des chefs, et en présence du président seigneur de la Cour suprême (ou en son absence le juge le plus ancien de la Cour suprême sont disponibles) la prestation de serment figurant dans la partie 1 de l'annexe IV, et le serment doit être attestée par deux personnes désignées à cette fin par la Conférence des chefs. 
• (2) Le Timbalan Yang di-Pertuan Agong doit, avant d'exercer ses fonctions, autres que les fonctions exercées dans le but de la convocation de la Conférence des chefs, prêter et souscrire, avant la Conférence des chefs, et en présence du président de l'Eternel La Cour suprême (ou en son absence le juge le plus ancien de la Cour suprême disponibles), le serment d'office figurant dans la partie 11 de la quatrième annexe. 
• (3) Les serments dit, traduit en anglais, sont énoncées dans la partie 11 de la quatrième annexe. 
• (4) Tout règlement pris en vertu l'article 33 (5) prend les dispositions correspondantes (avec les modifications nécessaires) à la clause (2). 

PARTIE IV - LA FÉDÉRATION 
Chapitre 2 - La Conférence des chefs des 

Numéro d'article: 38 

38. 
• (1) Il doit y avoir une. Majlis-Raja Raja (Conférence des chefs), qui doit être constituée conformément à la cinquième annexe 
• (2) La Conférence des chefs exerce ses fonctions de - 
        
• (a) l'élection, en conformité avec les dispositions de la troisième annexe, le Yang di-Pertuan Agong et Timbalan Yang di-Pertuan Agong; 
        
• (b) accord ou en désaccord à l'extension de toute religion actes, observances ou des cérémonies à la Fédération dans son ensemble; 
        
• (c) consentir ou de refuser son consentement à toute loi et de faire ou de donner des conseils sur toute nomination qui, sous cette Constitution exige le consentement de la Conférence ou doit être faite par ou après consultation avec la Conférence, 
et peut délibérer sur les questions de politique nationale (par exemple des changements dans la politique d'immigration) et toute autre question qu'il estime indiquée. 
• (3) Lorsque la Conférence délibère sur les questions de politique nationale du Yang di-Pertuan Agong doit être accompagné par le Premier ministre, et les autres dirigeants et le Yang di-Pertua-Yang di-Pertua Negeri par leur Menteri-Menteri Besar ou ministres en chef, et les délibérations doivent être parmi les fonctions exercées, ny le Yang di-Pertuan Agong en conformité avec les conseils du Cabinet, et par d'autres dirigeants et le Yang di-Pertua-Yang di-Pertua Negeri en conformité avec les conseils de leurs conseils exécutifs. 
• (4) Aucune loi affectant directement les privilèges, la position, les honneurs ou les dignités de l'gouvernants doivent être transmis sans le consentement de la Conférence des chefs. 
• (5) La Conférence des chefs doit être consulté avant tout changement dans la politique touchant l'action administrative en vertu de l'article 153 est faite. 
• (6) Les membres de la Conférence des chefs peuvent agir à leur discrétion dans toute procédure relative aux fonctions suivantes, c'est-à-dire - 
        
• (a) l'élection ou la destitution du Yang di-Pertuan Agong ou l'élection de l'Timbalan Yang di-Pertuan Agong; 
        
• (b) le conseiller sur toute nomination; 
        
• (c) la remise ou le refus de consentement à une loi modifiant les limites d'un État ou touchant les privilèges, la position, les honneurs ou dignités de leurs dirigeants; ou 
        
• (d) l'accord ou en désaccord à l'extension de toute religion actes, observances ou des cérémonies à la Fédération dans son ensemble. 
• (7) (abrogé). 

PARTIE IV - LA FÉDÉRATION 
Chapitre 3 - L'exécutif 

Numéro d'article: 39 

39. Le pouvoir exécutif de la Fédération sont dévolus dans le Yang di-Pertuan Agong et exerçables, sous réserve des dispositions de toute loi fédérale et de la deuxième annexe, par lui ou par le Cabinet ou un ministre autorisé par le Conseil des ministres, mais le Parlement amy par la loi confère des fonctions exécutives à d'autres personnes. 

Numéro d'article: 40 

40. 
• (1) Dans l'exercice de ses fonctions en vertu de la présente Constitution ou la loi fédérale et de la deuxième annexe, par lui ou par le Cabinet ou toute autorisés par le ministre du Cabinet, mais le Parlement a fait par la loi confère des fonctions exécutives à d'autres personnes. 

Numéro d'article: 40a 

40a. 
• (1) Dans l'exercice de ses fonctions en vertu de la présente Constitution ou la loi fédérale du Yang di-Pertuan Agong doit agir en conformité avec les conseils du Cabinet ou d'un ministre agissant sous l'autorité générale du Conseil des ministres, sauf disposition contraire de la cette Constitution, mais aura droit, à sa demande, à toute information concernant le gouvernement de la Fédération qui est à la disposition du Cabinet. 
• (2) Le Yang di-Pertuan Agong peut agir à sa discrétion dans l'exercice des fonctions suivantes, c'est-à-dire - 
        
• (a) la nomination d'un Premier Ministre; 
        
• (b) la rétention de consentement à une demande de la dissolution du Parlement; 
        
• (c) la réquisition d'une réunion de la Conférence des chefs concerne uniquement les privilèges, la position, honneurs et dignités de Leurs Altesses Royales, et toute action à une telle réunion et dans tout autre cas mentionné dans la présente Constitution. 
• (3) Le droit fédéral peut prévoir d'exiger le Yang di-Pertuan Agong d'agir après consultation ou sur la recommandation d'une personne ou un groupe de personnes autres que le Cabinet dans l'exercice de n'importe lequel de ses fonctions autres que - 
        
• (a) les fonctions exercées à sa discrétion; 
        
• (b) des fonctions à l'égard de l'exercice de laquelle il est prévu dans un autre article. 

Numéro d'article: 41 

41. Le Yang di-Pertuan Agong est le commandant suprême des forces armées de la Fédération. 

Numéro d'article: 42 

42. 
(1) Le Yang di-Pertuan Agong a le pouvoir d'accorder des grâces, des sursis et des répits à l'égard de toutes les infractions qui ont été jugés par une cour martiale et de toutes les infractions commises dans les territoires fédéraux de Kuala Lumpur et Labuan, et la règle ou le Yang di-Pertua Negeri d'un État a le pouvoir d'accorder des grâces, des sursis et des répits à l'égard de toutes les autres infractions commises dans son Etat. 
• (2) Sous réserve du paragraphe (10), et sans préjudice de toute disposition du droit fédéral ou d'Etat de remettre, suspendre ou commuer les peines pour toute infraction doit être exercé par le Yang di-Pertuan Agong si la sentence a été prononcée par un tribunal martiale ou par une juridiction des tribunaux civils exerçant dans les territoires fédéraux de Kuala Lumpur et Labuan et, dans tout autre cas, doivent être exercés par le Souverain ou de Yang di-Pertua Negeri de l'Etat dans lequel l'infraction a été commise. 
• (3) Lorsqu'une infraction a été commise en tout ou en partie en dehors de la Fédération ou dans plus d'un État ou dans des circonstances qui rendent peu probable, où elle a été commise, elle doit être traitée aux fins du présent article comme ayant été commise dans l'État dans lequel il a été jugé. Aux fins du présent article le Territoire fédéral de Kuala Lumpur ou le territoire fédéral de Labuan selon le cas, sont chaque être considérée comme un Etat. 
• (4) Les pouvoirs mentionnés dans le présent article - 
        
• (a) sont, pour autant qu'ils sont exercés par le Yang di-Pertuan Agong, parmi les fonctions à l'égard desquels la loi fédérale peut prévoir vertu de l'article 40 (3); 
        
• (b) doit, pour autant qu'ils sont exercés par le Souverain ou le Yang di-Pertuan Negeri d'un État, être exercé sur les conseils d'un conseil constitué des grâces pour cet État conformément à la clause (5). 
• (5) La Commission des grâces constitué pour chaque Etat se compose du Procureur général de la Fédération, le ministre en chef de l'Etat et pas plus de trois autres membres, qui sont nommés par le Souverain ou de Yang di-Pertua Negeri, mais le procureur général peut, de temps à autre par acte écrit déléguer ses fonctions en tant que membre du conseil d'administration à une autre personne, et la règle ou Yang di-Pertua Negeri peut nommer toute personne à exercer temporairement les fonctions de tout membre du conseil d'administration désigné par lui qui est absent ou incapable d'agir. 
• (6) Les membres d'une Commission des grâces nommé par le Souverain ou Yang Dipertua Negeri sont nommés pour un mandat de trois ans et seront éligibles pour un nouveau mandat, mais peut à tout moment démissionner du conseil. 
• (7) Un membre de l'Assemblée législative de l'État ou de la Chambre des représentants ne doivent pas être nommés par le souverain ou Yang Dipertua Negeri d'être membre d'une Commission des grâces ou d'exercer temporairement les fonctions d'un tel membre. 
• (8) La Commission des grâces se réunit en présence du souverain ou Yang di-Pertua Negeri et il le préside. 
• (9) Avant de déposer leurs avis sur toute question une Commission des grâces examine toute opinion écrite qui le procureur général peut avoir livré à ce sujet. 
• (10) Par dérogation au présent article, le pouvoir d'accorder des grâces, des sursis et des répits à l'égard, de remettre, suspendre ou commuer les peines imposées par un tribunal établi en vertu de toute loi régissant les affaires religieuses islamiques dans l'Etat de Malacca, Peneng, Sabah ou de Sarawak ou dans les Territoires fédéraux de Kuala Lumpur et Labuan doivent être exercés par le Yang di-Pertuan Agong tant que Chef de la religion de l'islam dans l'État. 
• (11) Aux fins du présent article, il sera constitué un seul conseil des grâces pour le Territoire fédéral de Kuala Lumpur et le territoire fédéral de Labuan et les dispositions des alinéas (5), (6), (7), ( 8) et (9) s'applique mutatis mutandis à la Commission des grâces en vertu du présent article, sauf que la référence à «Règle ou Yang di-Pertua Negeri" doivent être interprétées en référence au ministre responsable pour le Territoire fédéral de Kuala Lumpur et le Territoire fédéral de Labuan. 

Numéro d'article: 43 

43. 
• (1) Le Yang di-Pertuan Agong nomme un Menteri Jemaah (Cabinet des ministres) de le conseiller dans l'exercice de ses fonctions. 
• (2) Le Cabinet est nommé comme suit, c'est-à-dire - 
        
• (a) le Yang di-Pertuan Agong doit d'abord nommer Perdana Menteri (Premier ministre) pour présider le cabinet d'un membre de la Chambre des Représentant qui, dans son jugement est susceptible de susciter la confiance de la majorité des membres de cetteChambre et 
        
• (b) il doit, sur les conseils du Premier ministre de nommer d'autres Menteri (ministres) parmi les membres des deux Chambres du Parlement; 
mais si une nomination est faite alors que le Parlement est dissous à une personne qui était membre de la Chambre des Représentants dernière peut être nommé, mais ne doit pas continuer à exercer ses fonctions après le début de la prochaine session du Parlement, sauf s'il a été nommé Premier ministre , il est un membre de la nouvelle Chambre des représentants, et dans tout autre cas, il est membre ou l'autre de cette Chambre ou du Sénat.
• (3) Le Cabinet est collectivement responsable devant le Parlement. 
• (4) Si le premier ministre cesse de susciter la confiance de la majorité des membres de la Chambre des Représentants, alors, à moins qu'à sa demande, le Yang di-Pertuan Agong dissout le Parlement, le Premier ministre présente la démission du cabinet 
• (5) Sous réserve du paragraphe (4), d'autres ministres que le Premier ministre exerce ses fonctions durant le plaisir du Yang di-Pertuan Agong, à moins que la nomination d'un ministre doit avoir été révoqué par le Yang di-Pertuan Agong sur le conseils du premier ministre, mais aucun ministre peut démissionner de ses fonctions. 
• (6) Avant qu'un ministre exerce les fonctions de son bureau, il doit prêter et souscrire, en présence du Yang di-Pertuan Agong le serment d'office et d'allégeance et le serment du secret énoncés dans la sixième annexe.

• (7) Par dérogation au présent article, une personne qui est un citoyen par naturalisation ou par enregistrement en vertu l'article 17 ne doit pas être nommé Premier ministre. 
• (8) Si un membre de l'Assemblée législative d'un État est nommé ministre, il doit démissionner de l'Assemblée avant d'exercer les fonctions de son bureau. 
• (9), par une loi du Parlement prévoir la Rémunération des membres du Cabinet. 

Numéro d'article: 43a 

43A. 
• (1) Le Yang di-Pertuan Agong peut, sur les conseils du Premier ministre de nommer des sous-ministres parmi les membres des deux Chambres du Parlement, mais si une nomination est faite alors que le Parlement est dissout une personne qui était un membre de la dernière Chambre des représentants peuvent être nommés, mais ne doit pas exercer ses fonctions après le début de la prochaine session du Parlement, sauf qu'il est un membre ou l'autre de cette Chambre ou du Sénat. 
• (2) Les sous-ministres doivent aider les ministres dans les ministres dans l'exercice de leurs fonctions, et à cette fin doit avoir tous les pouvoirs des ministres. 
• (3) Les dispositions des alinéas (5), (6) et (8) de l'article 43 sont applicables aux sous-ministres tels qu'ils s'appliquent aux ministres. 
• (4), par une loi du Parlement prévoir la renumeration des sous-ministres. 

Numéro d'article: 43b 

43B. 
• (1) Le premier ministre peut nommer des secrétaires parlementaires parmi les membres des deux Chambres du Parlement, mais si une nomination est faite alors que le Parlement est dissous, une personne qui était membre de la Chambre des Représentants dernière peut être nommé, mais ne doit ne pas exercer ses fonctions après le début de la prochaine session du Parlement, sauf qu'il est un membre ou l'autre de cette Chambre ou du Sénat. 
• (2) secrétaires parlementaires doivent aider les ministres et vice-ministres dans l'exercice de leurs fonctions, et à cette fin doit avoir tous les pouvoirs des ministres et des sous-ministres. 
• (3) Un secrétaire parlementaire peut à tout moment démissionner de ses fonctions, et sa nomination en tant que telle peut être déterminée à tout moment par le Premier ministre. 
• (4) Avant un secrétaire parlementaire exerce les fonctions de son bureau, il doit prêter et souscrire, en présence du Premier Ministre le serment du secret énoncés dans la sixième annexe. 
• (5) du Parlement, par une loi prévoient la renumeration des secrétaires parlementaires. 

Numéro d'article: 43c 

43C. 
• (1) Le premier ministre peut nommer le nombre de personnes qu'il juge aptes à être secrétaires politiques. 
• (2) Une personne nommée en tant que secrétaire politique en vertu du présent article- 
        
• (a) ne doit pas être un membre des deux Chambres du Parlement; 
        
• (b) peut démissionner à tout moment; 
        
• (c) sous réserve de l'alinéa (b), demeurent en fonction jusqu'à ce que sa nomination est déterminé par le Premier ministre. 
• (3) Les dispositions de l'alinéa (4) du 43B article sont applicables aux secrétaires politiques telles qu'elles s'appliquent aux secrétaires parlementaires. 
• (4) Les tâches et les fonctions des secrétaires politiques, et leur rémunération, sont fixées par le Cabinet. 

Guide Touristique sur la Thailande