La Constitution du Cambodge de 1993

Voici donc la Constitution de Cambodge de 1993, la traduction a été faite à partie de l'anglais vers le Francais, et fait avec Google Traduction pour le moment.

Elle est donc non officiel.

 

Le Constitution du Royaume du Cambodge

 

Préambule

 

Nous, le peuple du Cambodge

 

Habitué à avoir été une civilisation exceptionnelle, une économie prospère, grande, une nation prospère et glorieux, avec un haut prestige rayonnant en ligne d'un diamant

 

Après avoir baissé pendant la grièvement deux dernières décennies, après avoir traversé la souffrance et de destruction, et après avoir été affaibli terriblement,

 

Ayant réveillé et résolument se sont rassemblés et déterminés à s'unir pour la consolidation de l'unité nationale, la préservation et la défense du territoire du Cambodge et de la souveraineté précieux et la civilisation fines Angkor, et la restauration du Cambodge dans un «îlot de paix" fondé sur le multipartisme Parti libéral responsabilité démocratique pour le destin futur de la nation d'aller vers le progrès perpétuel, le développement, la prospérité et la gloire,

 

AVEC CE SERA RESOLUTE

 

Nous inscrire ce qui suit comme la Constitution du Royaume du Cambodge:

 

 

CHAPITRE 1

 

Souveraineté

 

Article 1 -

Le Cambodge est un royaume avec un roi qui doit gouverner selon la Constitution et aux principes de la démocratie libérale et de pluralisme.

Le Royaume du Cambodge est un pays indépendant, souverain, pacifique, perpétuellement neutre et non-alignés

Article 2 -

L'intégrité territoriale du Royaume du Cambodge est absolument pas être violé dans ses frontières telles que définies dans le 1 / 100, 000 cartes à l'échelle entre l'1933-1953 ans et internationalement reconnue entre le 1963-1969 année

Article 3 -

Le Royaume du Cambodge est un Etat indivisible,

Article 4 -

La devise du Royaume du Cambodge est: «Nation, Religion, Roi".

Article 5 -

La langue et l'écriture officielles sont rouges.

Article 6 -

Phnom Penh est la capitale du Royaume du Cambodge.

Le drapeau national, l'hymne et le manteau de bras doivent être définies dans les annexes 1, II et III.

Chapitre II

 

Le Roi

 

Article 7 -

Le Roi du Cambodge règne mais ne gouverne pas.

Le Roi est le Chef de l'Etat pour la vie.

Le roi est inviolable.

Article 8 -

Le roi du Cambodge est un symbole d'unité et l'éternité de la nation.

Le Roi est le garant de l'indépendance nationale, la souveraineté et l'intégrité territoriale du Royaume du Cambodge, le protecteur des droits et liberté pour tous les citoyens et le garant des traités internationaux

Article 9 -

Le roi doit assumer le rôle d'arbitre Août pour assurer l'exécution fidèle des pouvoirs publics.

Article 10 -

La monarchie cambodgienne doit être un régime désigné.

Le roi ne doit pas avoir le pouvoir de nommer un héritier au trône.

Article 11 -

Si le roi ne peut pas exercer ses fonctions normales comme chef de l'Etat en raison de sa grave maladie certifiée par les médecins choisis par le Président de l'Assemblée et le Premier Ministre, le Président de l'Assemblée exerce les fonctions de chef d'État comme «régent» .

Article 12 -

En cas de décès du Roi, le président de l'Assemblée prend en charge la responsabilité comme chef intérimaire de l'Etat dans la capacité du Régent du Royaume du Cambodge.

Article 13 -

Dans un délai n'excédant pas sept jours, le nouveau Roi du Royaume du Cambodge doit être choisi par le Conseil royal du trône.

Le Conseil royal du trône est composé de:

Le président de l'Assemblée nationale

Le Premier ministre

Samdech les chefs des ordres de Mohanikay et Thammayut.

Le Premier et Second Vice-Président de l'Assemblée.

L'organisation et le fonctionnement du Trône du conseil doit être déterminé par la loi.

Article 14 -

Le roi du Cambodge est un membre de la famille royale, il t, d'au moins 30 ans, descendant de la lignée du roi Ang Duong, le roi Norodom ou le roi Sisowath.

Après l'intronisation, le roi doit prêter le serment d'allégeance comme stipulé dans l'annexe IV.

Article 15 -

L'épouse du roi régnant a le titre royal de Reine du Cambodge

Article 16 -

La reine du Royaume du Cambodge ne doit pas avoir le droit de s'engager en politique, à assumer le rôle de chef de l'Etat ou du chef de gouvernement, ou d'assumer d'autres fonctions administratives ou politiques.

La reine du Royaume du Cambodge doit exercer des activités qui dessert le social, humanitaire, des intérêts religieux, et assiste le Roi avec le protocole et les fonctions diplomatiques.

Article 17 -

La mise à disposition comme indiqué dans la première clause de l'article 7, «le roi règne mais ne gouverne pas», absolument pas être modifiées.

Article 18 -

Le Roi communique avec l'Assemblée par des messages royaux. Ces messages royaux ne doivent pas être soumis à la discussion par l'Assemblée nationale.

Article 19 -

Le Roi nomme le Premier ministre et le Conseil des ministres conformément à la procédure stipulée dans

Chapitre III

 

Les droits et obligations des citoyens khmers

 

Article 31 -

Le Royaume du Cambodge reconnaît et respecte les droits de l'homme tel que stipulé dans la Charte des Nations Unies, la Déclaration universelle des droits de l'homme, les pactes et les conventions relatives aux droits humains, droits des femmes et des enfants.

Tout citoyen khmer doit être égal devant la loi, jouissant des mêmes droits, la liberté et de remplir les mêmes obligations sans distinction de race, de couleur, de sexe, de langue, de croyance religieuse, la tendance politique, l'origine de naissance, statut social, la richesse ou de toute autre situation.

L'exercice des droits personnels et de la liberté de tout individu ne doit pas porter atteinte aux droits et libertés d'autrui. L'exercice de ces droits et la liberté doit être en conformité avec la loi.

Article 32 -

Tout citoyen khmer a le droit à la vie, la liberté personnelle et la sécurité.

Article 33 -

Tout citoyen khmer ne doivent pas être privés de leur nationalité, exilés ou arrêtés et déportés vont tout pays étranger sauf s'il ya un accord mutuel sur l'extradition.

Tout citoyen khmer vivant à l'étranger jouissent de la protection de l'Etat.

Nationalité khmère doit être déterminé par une loi.

Article 34 -

Les citoyens des deux sexes ont le droit de vote et d'éligibilité pour l'élection.

Les citoyens des deux sexes d'au moins dix-huit ans, ont le droit de vote.

Les citoyens des deux sexes d'au moins 25 ans, ont le droit de se présenter comme candidats pour l'élection.

Dispositions limitant le droit de vote et d'éligibilité pour l'élection doit être défini dans le système électoral pour l'élection.

Article 35 -

Les citoyens khmers des deux sexes doit être donné le droit de participé activement à la vie politique, économique, social et culturel de la nation.

Toutes les suggestions du peuple doit être pleinement pris en considération par les organes de l'Etat

Article 36 -

Les citoyens des deux sexes ont le droit de choisir un emploi en fonction de leur capacité et aux besoins de la société.

Tout citoyen khmer des deux sexes reçoivent un salaire égal pour un travail égal.

Le travail par les ménagères dans la maison doit avoir la même valeur que ce qu'ils peuvent recevoir lorsque l'on travaille hors du foyer.

Chaque citoyen khmer a le droit d'obtenir la sécurité sociale et autres avantages sociaux tels que déterminés par la loi.

Les citoyens des deux sexes ont le droit de former et d'être membres de syndicats.

L'organisation et le fonctionnement des syndicats sont déterminés par la loi.

Article 37 -

Le droit de grève et de manifestation non-violente doit être mis en œuvre dans le cadre d'une loi.

Article 38 -

La loi doit être garantie sans violence physique contre tout individu.

La loi doit protéger la vie, l'honneur et la dignité des citoyens.

La poursuite, l'arrestation ou la détention d'une personne ne doit pas être fait, sauf en conformité avec la loi.

La coercition, de mauvais traitements physiques ou de tout autre mauvais traitement qui aggrave la peine du détenu ou du prisonnier sont interdits. Les personnes qui commettent, ou conspirent participer à de tels actes doivent être punis selon la loi.

Confession obtenu par la force mentale physiques ne sont pas recevables comme preuve de culpabilité.

Les citoyens khmers des deux sexes doit respecter publics et légalement acquis des propriétés privées.

Tout cas de doute doit être résolu en faveur de l'accusé.

L'accusé est présumé innocent jusqu'à ce que le tribunal a jugé enfin sur le cas.

Tous les citoyens doivent jouir du droit à se défendre en justice.

Article 39 -

Tout citoyen khmer a le droit de dénoncer, porter plainte ou réclamation de fichiers contre toute violation de la loi par l'Etat et des organes sociaux ou par des membres d'organes tels commis pendant le cours de leurs fonctions. Le règlement des plaintes et réclamations doivent résider sous la compétence des tribunaux.

Article 40 -

La liberté des citoyens de voyager, loin et près, et le règlement judiciaire doivent être respectés.

Tout citoyen khmer a le droit de voyager et de s'installer à l'étranger et le retour au pays.

Le droit à l'intimité de la résidence et au secret de la correspondance par courrier, télégramme, télécopie, télex et téléphone doit être garanti.

Toute recherche de la maison, le matériel et le corps doit être en conformité avec la loi.

Article 41 -

Tout citoyen khmer a la liberté d'expression, de presse, de publication et de réunion. Nul ne peut exercer ce droit d'empiéter sur les droits d'autrui, d'affecter les bonnes traditions de la société, à enfreindre la loi et l'ordre public et la sécurité nationale.

Le régime de la presse doit être déterminé par la loi.

Article 42 -

Tout citoyen khmer a le droit de créer des associations et des partis politiques. Ces droits doivent être déterminés par la loi.

Tout citoyen peut prendre part à des organisations de masse pour un bénéfice mutuel à protéger les réalisations nationales et l'ordre social.

Article 43 -

Les citoyens des deux sexes ont le droit à la liberté de croyance.

La liberté de croyance religieuse et de culte est garantie par l'État à condition que cette liberté n'a pas d'incidence d'autres croyances religieuses ou de violer l'ordre public et la sécurité.

Le bouddhisme doit être t-il de religion d'Etat.

Article 44 -

Toutes les personnes, individuellement ou collectivement, ont le droit à la propriété. Seules les entités juridiques et Khmers citoyens de nationalité khmer le droit de posséder des terres.

Juridique propriété privée doit être protégé par la loi.

Le droit de confisquer les biens de toute personne doit être exercé que dans l'intérêt public tel que prévu dans la loi et nécessaire indemnisation juste et équitable à l'avance.

Article 45 -

Toutes les formes de discrimination contre la femme doit être abolie.

L'exploitation des femmes dans l'emploi doit être interdite dans les mariages et les questions de la famille.

Le mariage ne peut être menée selon les conditions déterminées par la loi basée sur le principe du consentement mutuel entre un mari et une épouse

Article 46 -

Le commerce des êtres humains, l'exploitation par la prostitution et l'obscénité qui affectent la réputation de la femme doivent être interdits.

Une femme ne doit pas perdre son emploi pour cause de grossesse. Les femmes ont le droit de prendre congé de maternité à plein salaire et sans perte d'ancienneté ou d'autres prestations sociales.

L'État et la société doit fournir des opportunités aux femmes, en particulier à ceux qui vivent dans les zones rurales, sans soutien social adéquat, afin qu'ils puissent obtenir un emploi, les soins médicaux, et d'envoyer leurs enfants à l'école, et d'avoir des conditions de vie décentes

Article 47 -

Les parents ont le droit de prendre en charge et d'éduquer leurs enfants à devenir de bons citoyens.

Les enfants ont le droit de prendre soin de leur mère âgée et son père selon les traditions khmères.

Article 48 -

L'Etat doit protéger les droits des enfants comme stipulé dans la Convention sur les enfants, notamment, le droit à la vie, l'éducation, la protection en temps de guerre, et contre l'exploitation économique ou sexuelle.

L'État doit protéger les enfants contre les actes qui sont préjudiciables à leur éducation opportunités, la santé et le bien-être.

Article 49 -

Chaque citoyen khmer doit respecter la Constitution et les lois.

Tous les citoyens khmers ont le devoir de prendre part à la reconstruction nationale et pour défendre la patrie. L'obligation de défendre le pays doit être déterminé par la loi.

Article 50 -

Les citoyens khmers des deux sexes doit respecter les principes de la souveraineté nationale, libérale de la démocratie multipartite.

Les citoyens khmers des deux sexes doit respecter publics et légalement acquis des propriétés privées.

Chapitre IV

 

Sur la politique

 

Article 51 -

Le Royaume du Cambodge adopte une politique de démocratie libérale et de pluralisme.

Le peuple cambodgien sont les maîtres de leur pays.

Tous les pouvoirs appartiennent au peuple. le peuple exerce ces pouvoirs à l'Assemblée nationale, le gouvernement royal et le pouvoir judiciaire.

Le législatif, exécutif, judiciaire et les pouvoirs doivent être séparés

Article 52 -

Le Gouvernement Royal du Cambodge est de protéger l'indépendance, la souveraineté, l'intégrité territoriale du Royaume du Cambodge, d'adopter la politique de réconciliation nationale pour assurer l'unité nationale, et de préserver les bonnes traditions nationales du pays. Le Gouvernement Royal du Cambodge est de préserver et de protéger la loi et assurer l'ordre public et la sécurité. L'Etat doit donner la priorité aux efforts qui améliorent le bien-être et du niveau de vie des citoyens.

Article 53 -

Le Royaume du Cambodge adopte une politique de neutralité permanente et le non-alignement. Le Royaume du Cambodge suit une politique de coexistence pacifique avec ses voisins et avec tous les autres pays à travers le monde.

Le Royaume du Cambodge ne doit pas envahir tout pays, ni interférer dans les affaires intérieures de tout autre pays, directement ou indirectement, et résoudre tout problème pacifiquement dans le respect des intérêts mutuels.

Le Royaume du Cambodge ne doit pas participer à aucune alliance militaire ou d'un pacte militaire qui est incompatible avec sa politique de neutralité.

Le Royaume du Cambodge ne doit pas autoriser n'importe quelle base militaire étrangère sur son territoire et ne doit pas avoir sa propre base militaire à l'étranger, sauf dans le cadre d'une demande des Nations Unies.

Le Royaume du Cambodge se réserve le droit de recevoir une aide étrangère dans l'équipement militaire, l'armement, des munitions, dans la formation de ses forces armées, et d'autres aides pour l'auto-défense et de maintenir l'ordre public et la sécurité sur son territoire.

Article 54 -

La fabrication, l'utilisation, le stockage d'armes nucléaires, chimiques ou biologiques doit être absolument interdite.

Article 55 -

Tout traité et l'accord incompatible avec l'indépendance, la souveraineté, l'intégrité territoriale, la neutralité et l'unité nationale du Royaume du Cambodge sera annulée.

Chapitre V

 

Economie

 

Article 56 -

Le Royaume du Cambodge adopte système d'économie de marché. Le processus de préparation et de ce système économique doit être déterminé par la loi.

Article 57 -

La collecte des impôts doivent être en conformité avec la loi. Le budget national par la loi. Le budget national doit être déterminé par la loi

La gestion du système monétaire et financier doivent être définies par la loi.

Article 58 -

Propriété de l'Etat comprend notamment les ressources foncières minérales, montagne, mer, sous-marin, le plateau continental, littoral, espace aérien, îles, rivières, canaux, ruisseaux, lacs, forêts, ressources naturelles, des centres économiques et culturels, les bases pour la défense nationale et d'autres installations déterminées en tant que propriété de l'État.

Le contrôle, l'utilisation et la gestion des biens de l'État doit être déterminée par la loi.

Article 59 -

L'Etat doit protéger l'environnement et l'équilibre des ressources naturelles abondantes et d'établir un plan précis de gestion des terres, eau, air, vent géologie, écologique du système, les mines, l'énergie, l'essence et du gaz, des roches et du sable, des pierres, des forêts et forestrial produits, de la faune, le poisson et les ressources aquatiques.

Article 60 -

Tout citoyen khmer a le droit de vendre l leurs propres produits. L'obligation de vendre des produits à l'État, ou l'utilisation temporaire d'État ou de propriétés est interdite, sauf autorisation par la loi dans des circonstances spéciales.

Article 61 -

L'Etat doit promouvoir le développement économique dans tous les secteurs et les régions éloignées, notamment dans l'agriculture, l'industrie l'artisanat, avec une attention aux politiques de l'eau, l'électricité, les routes et les moyens de transport, la technologie moderne et un système de crédit.

Article 62 -

L'Etat accorde une attention et aider à résoudre les questions de production, de protéger les prix des produits pour les agriculteurs et les artisans, et de trouver le marché pour eux de vendre leurs produits.

Article 63 -

L'État doit respecter la gestion du marché afin de garantir un meilleur niveau de vie de la population

Chapitre VI

 

Education, Culture, Affaires sociales

 

Article 64 -

L'Etat interdit et punit sévèrement ceux qui importent, fabriquent, vendent des drogues illicites, les produits contrefaits et périmés qui affectent la santé et la vie des consommateurs.

Article 65 -

L'Etat doit protéger et améliorer les droits des citoyens à l'éducation de qualité à tous les niveaux et doit prendre les mesures nécessaires pour une éducation de qualité pour atteindre tous les citoyens.

L'Etat doit respecter éducation physique et sportive pour le bien de tous les citoyens khmers

Article 66 -

L'État doit établir un système complet d'éducation et standardisée dans tout le pays, pour garantir les principes de liberté et d'égalité pour s'assurer que tous les citoyens aient des chances égales de gagner leur vie.

Article 67 -

L'Etat doit adopter et programme éducatif selon le principe de la pédagogie moderne, y compris les langues de technologie et à l'étranger.

L'Etat doit contrôler les écoles publiques et privées et des salles de classe à tous les niveaux.

Article 68 -

L'Etat doit fournir l'éducation primaire et secondaire à tous les citoyens dans les écoles publiques

L'Etat doit diffuser et développer les écoles et les Instituts de Pali bouddhistes

Article 69 -

L'Etat doit protéger et promouvoir la langue khmère, au besoin.

L'État doit préserver les monuments antiques, des artefacts et de restauration des sites historiques.

Article 70 -

Toute infraction affectant le patrimoine culturel et artistique doivent porter une punition sévère.

Article 71 -

Le périmètre des sites du patrimoine national ainsi que le patrimoine qui a été classée comme patrimoine mondial, doivent être considérés comme des zones neutres où il n'y aura pas d'activité militaire.

Article 72 -

La santé du peuple doit être garanti. L'Etat doit prendre pleinement en compte la prévention des maladies et des traitements médicaux. Les pauvres doivent recevoir gratuitement des consultations médicales dans les hôpitaux publics, les infirmeries et maternités.

L'État crée des infirmeries dans les zones rurales.

Article 73 -

L'Etat doit prendre pleinement en compte les enfants et les mères. L'Etat doit créer des pépinières, et aider les femmes à soutenir et les enfants qui ont un soutien insuffisant.

Article 74 -

L'Etat doit aider les personnes handicapées et les familles des combattants qui ont sacrifié leur vie pour la nation.

Article 75 -

L'État doit établir un système de sécurité sociale pour les ouvriers et employés.

Chapitre VII

 

L'Assemblée

 

Article 76 -

Le montage se compose d'au moins 120 membres.

Les députés sont élus par un référendum libre, universel, égal, direct et secret. Les députés peuvent être réélus

Citoyens khmers en mesure de se présenter aux élections doivent être des citoyens khmers des deux sexes qui ont le droit de vote, au moins de 25 ans, et qui ont des nationalités à la naissance Khmer

Préparation de l'élection, la procédure et le processus électoral doit être déterminé par une loi électorale.

Article 77 -

Les députés de l'Assemblée doit représenter l'ensemble du peuple khmer, non seulement les Khmers de leurs circonscriptions.

Tout mandat impératif est nul.

Article 78 -

Le mandat législatif de l'Assemblée sera de 5 ans et se termine le jour où la nouvelle assemblée se réunit.

L'Assemblée ne peut être dissoute avant la fin de son terme, sauf lorsque le gouvernement royal est deux fois destitué dans un délai de douze mois. Dans ce cas, suivant une proposition du Premier Ministre et l'approbation du président, il t 'Assemblée, le Roi de dissoudre l'Assemblée.

L'élection d'une nouvelle assemblée doit être tenue au plus tard 60 jours après la date de la dissolution. Durant cette période, le gouvernement royal ne sera habilité à mener les affaires courantes.

En temps de guerre ou d'autres circonstances particulières d'une élection ne peut être tenu, l'Assemblée peut proroger son mandat pour une année à un moment, à la demande du roi.

Une telle extension doivent recueillir au moins un vote des deux tiers de toute l'assemblée.

Article 79 -

Le mandat de l'Assemblée doit être incompatible avec la tenue de toute fonction active du public et de toute adhésion à d'autres institutions prévues par la Constitution, sauf si le membre de l'Assemblée (s) est (sont) requis pour servir dans le gouvernement royal.

Dans ces circonstances, les membres de l'Assemblée a déclaré doit conserver les membres de l'Assemblée d'habitude, mais ne doit pas occuper un poste au sein du Comité permanent des commissions permanentes et l'autre assemblée.

Article 80 -

Les députés auront parlementaire.

Aucun membre de l'Assemblée ne peut être poursuivi, arrêté ou détenu en raison des opinions exprimées lors de l'exercice de ses fonctions.

La décision prise par le Comité permanent de l'Assemblée doit être faite qu'avec l'autorisation de l'Assemblée ou par le Comité permanent de l'Assemblée entre les sessions, sauf en cas de flagrant délit. Dans ce cas, l'autorité compétente doit immédiatement signaler à l'Assemblée ou au Comité permanent pour décision.

La décision prise par le Comité permanent de l'Assemblée doit être soumis à l'assemblée à sa prochaine session pour approbation par un vote des 2 / 3 des voix des membres de l'assemblée.

Dans tous les cas, la détention ou la poursuite d'un député est suspendue par un vote à 3 / 4 la majorité des membres de l'Assemblée.

Article 81 -

L'assemblée doivent avoir le budget autonome pour effectuer sa fonction.

Les députés doivent recevoir une rémunération.

Article 82 -

L'Assemblée tiendra sa première session au plus tard soixante jours après l'élection sur préavis par le Roi.

Avant son entrée en fonction, l'assemblée se prononce sur la validité du mandat de chaque membre et de voter séparément pour choisir un président, des vice-présidents et des membres de chaque Commission par un vote des 2 / 3 des membres

Tous les membres de l'assemblée doit prêter serment devant son entrée en fonction, selon le texte figurant à l'annexe 5.

Article 83 -

L'Assemblée tient ses sessions ordinaires deux fois par an.

Chaque séance doit durer au moins 3 mois. S'il ya une proposition du roi ou le Premier ministre, ou au moins 1 / 3 des membres de l'assemblée, le Comité permanent de l'Assemblée convoque une session extraordinaire de l'Assemblée.

Dans ce cas, l'ordre du jour avec les conditions de l'extraordinaire, sera diffusé à la population ainsi que la date de la réunion.

Article 84 -

Entre les sessions de l'Assemblée, le Comité permanent de l'Assemblée doit gérer les travaux de l'assemblée.

Le comité permanent de l'Assemblée se compose du Président de l'Assemblée, les vice-présidents et les présidents des commissions de l'Assemblée.

Article 85 -

Les sessions de l'Assemblée doit être tenue dans la capitale royale du Cambodge dans la salle de l'Assemblée, sauf stipulation contraire dans la convocation, en raison de circonstances spéciales.

Sauf si stipulé et, à moins lieu à la date et le lieu comme prévu, une réunion de l'assemblée doit être considéré comme illégal et non avenu.

Article 86 -

Si le pays est dans un état d'urgence l'assemblée est de betteraves par jour en continu. L'assemblée a le droit de résilier cet état d'urgence lorsque la situation le permet.

Si l'Assemblée n'est pas en mesure de répondre en raison des circonstances telles que l'occupation par des forces étrangères de la déclaration de l'état d'urgence doit être reconduite automatiquement.

Pendant l'état d'urgence, l'Assemblée ne doit pas être dissous.

Article 87 -

Le président de l'assemblée préside les sessions de l'Assemblée, de recevoir les projets de loi et résolutions adoptées par l'Assemblée, assure la mise en œuvre du Règlement d'ordre intérieur et de gérer les relations de l'Assemblée avec les pays étrangers.

Si le président est incapable d'exercer ses fonctions / elle pour cause de maladie ou pour remplir les fonctions de chef de l'Etat ad interim ou en tant que régent, ou est sur une aborad mission, un vice-président le remplace.

En cas de démission ou de décès du président ou du vice-président (s), l'Assemblée élit un nouveau président ou vice-président (s).

Article 88 -

Les sessions de l'Assemblée doivent être tenues en public.

L'Assemblée se réunit à huis clos à la demande du président ou d'au moins 1 / 10 de ses membres, du roi ou du Premier ministre.

La réunion de l'assemblée doit être considéré comme valable à condition qu'il y ait quorum de 7 / 10 de tous les membres.

Article 89 -

À la demande d'au moins 1 / 10 de ses membres, l'Assemblée invite un fonctionnaire de haut rang afin de clarifier importante spéciales individuelles

Article 90 -

L'assemblage doit être le seul organe de détenir le pouvoir législatif, ce pouvoir ne doit pas être transférables à tout autre organe ou toute personne.

L'Assemblée approuve les comptes administratifs.

L'Assemblée approuve la loi sur l'amnistie.

L'assemblée doit approuver ou annuler les traités ou conventions internationales.

L'Assemblée approuve la loi sur la déclaration de guerre.

L'adoption des clauses ci-dessus doit être décidée par une majorité simple des membres de l'Assemblée entière.

L'Assemblée adopte un vote de confiance dans le gouvernement royal par une majorité des 2 / 3 de tous les membres

Article 91 -

Les députés et le Premier ministre aura le droit d'initiative législative.

Les députés ont le droit de proposer des amendements aux lois, mais les propositions doivent être inacceptables si elles visent à réduire les recettes publiques ou en augmentant le fardeau sur le peuple.

Article 92 -

Les lois adoptées par l'Assemblée, qui vont à l'encontre des principes de préservation de l'indépendance nationale, la souveraineté, de l'administration de la nation doit être annulée. Le Conseil constitutionnel est le seul organe qui doit décider de cette annulation.

Article 93 -

Toute loi votée par l'Assemblée et signée par le Roi pour sa promulgation, entreront en vigueur à Phnom Penh 10 jours après la signature et à travers le pays 20 jours après sa signature.

Les lois qui sont stipulées comme urgent prend effet immédiatement dans tout le pays après la promulgation.

Toutes les lois promulguées par le roi doit être publié au Journal officiel et publié dans tout le pays en conformité avec le calendrier ci-dessus.

Article 94 -

L'Assemblée établit diverses commissions nécessaires. L'organisation et le fonctionnement de l'Assemblée sont déterminés par le Règlement de l'Assemblée de procédure internes.

Article 95 -

En cas de décès, de démission ou le licenciement d'un député de l'Assemblée au moins 6 mois avant la fin du mandat, un remplaçant doit être nommé en conformité avec les Règles de procédure interne de l'Assemblée nationale et la loi électorale.

Article 96 -

Les députés ont le droit de déposer une motion contre le gouvernement royal. La requête doit être présentée par écrit par le Président de t-il de montage.

Les réponses doivent être données par un ou plusieurs ministres selon les questions à la responsabilité d'un ou de plusieurs ministres. Si l'affaire concerne la politique générale du gouvernement royal, le Premier ministre doit répondre en personne.

Les explications par les ministres ou par le Premier ministre doit être donnée verbalement ou par Witting.

Les explications doivent être fournies dans les 7 jours après le jour où la question est reçue.

En cas de réponse verbale, le président du t-il de l'Assemblée décide d'organiser un débat ouvert ou non. S'il n'ya pas de débat, la réponse de la ministre ou le Premier ministre doit être considérée comme définitive. S'il ya un débat, le questionneur, d'autres intervenants, les ministres ou le Premier ministre peut échanger des vues dans les délais ne dépassant pas une seule session.

L'Assemblée établit un jour par semaine pour les questions et réponses. Il n'y aura pas de vote lors de toutes les sessions réservées à cet effet.

Article 97 -

Les commissions de l'Assemblée peut inviter tout ministre à clarifier la question de certains sous sa / son domaine de responsabilité.

Article 98 -

L'Assemblée rejette un ou plusieurs membres du gouvernement royal ou le Cabinet entier par l'adoption d'une motion de censure par les 2 / 3 majorité de l'Assemblée entière.

La motion de censure doit être proposé à l'Assemblée par au moins 30 membres de l'assemblée pour que toute l'Assemblée de décider.

Chapitre VIII

 

Le Gouvernement royal

 

Article 99 -

Le Conseil des ministres est le Gouvernement Royal du Cambodge.

Le Conseil des ministres doit être dirigé par un Premier ministre assisté par le vice-Premiers ministres et les ministres d'Etat, Ministres et Secrétaires d'Etat en tant que membres.

Article 100 -

À la recommandation du Président et avec l'accord des deux vice-présidents de l'Assemblée, le Roi désigne un dignitaire parmi les représentants de la partie gagnante pour former le gouvernement royal. Cette Assemblée a désigné ou de membres des partis politiques représentés à l'Assemblée de l'.

Après l'Assemblée a donné son vote de confiance, le Roi délivre un arrêté royal (Kret) nommer l'ensemble du Conseil des ministres.

Avant son entrée en fonction, le Conseil des ministres prêtent serment comme stipulé une annexe 6.

Article 101 -

Les fonctions des membres du Gouvernement Royal est incompatible avec les activités professionnelles dans le commerce ou l'industrie et avec la tenue de tout poste dans la fonction publique.

Article 102 -

Les membres du Gouvernement Royal est collectivement responsable devant l'Assemblée de la politique générale du gouvernement royal.

Chaque membre du Gouvernement Royal est individuellement responsable de la Premier Ministre et l'Assemblée pour son / sa propre conduite.

Article 103 -

Les membres du Gouvernement Royal ne doit pas utiliser les commandes, écrites ou verbales, de quiconque comme un motif d'exonérer de leur responsabilité se forment

Article 104 -

Le Conseil des ministres se réunit chaque séance plénière la semaine auberge ou dans une session de travail.

Le Premier ministre préside les sessions plénières.

Le Premier ministre peut attribuer une vice-premier ministre pour présider les séances de travail.

Procès verbal de la réunion du Conseil des Ministres doit être transmis au Roi pour son information.

Article 105 -

Le Premier ministre a le droit de déléguer son pouvoir à un vice-premier ministre ou à tout membre du gouvernement royal.

Article 106 -

Si le poste de Premier ministre est définitivement vacant, un nouveau Conseil des ministres sont nommés conformément à la procédure stipulée dans la présente Constitution. Si la vacance est temporaire, une Premier ministre par intérim sera nommé provisoirement.

Article 107 -

Chaque membre du Gouvernement Royal doit être puni pour des crimes ou des délits qu'il / elle a commis au cours de sa / son devoir.

Dans de tels cas et lorsque sa / son devoir, l'Assemblée décide de déposer des accusations contre lui / elle avec les autorités compétentes.

L'Assemblée se prononce sur des questions telles que un vote secret à la majorité simple de celle-ci.

Article 108 -

L'organisation et le fonctionnement du Conseil des ministres doit être déterminé par la loi.

Chapitre IX

 

le pouvoir judiciaire

 

Article 109 -

Le pouvoir judiciaire est un pouvoir indépendant.

Le pouvoir judiciaire est garantie et l'impartialité et défend les droits et les libertés des citoyens.

Le pouvoir judiciaire doit couvrir tous les litiges, y compris administratifs.

L'autorité de la magistrature doit être accordée à la Cour suprême et aux juridictions inférieures de tous les secteurs et les niveaux.

Article 110 -

Les procès se déroulent dans le nom des citoyens khmers en conformité avec les procédures et les lois en vigueur.

Seuls les juges ont le droit de statuer. Un juge doit s'acquitter de ce devoir dans le strict respect des lois. leur âme et conscience.

Article 111 -

Le pouvoir judiciaire ne doit pas être accordée aux branches législative ou exécutive.

Article 112 -

Seul le ministère public doit avoir le droit d'intenter des poursuites pénales.

Article 113 -

Le Roi est le garant de l'indépendance de la magistrature. Le Conseil supérieur de la magistrature assiste le Roi dans cette affaire.

Article 114 -

Les juges ne doivent pas être rejetées. Le Conseil suprême de la magistrature doit prendre des mesures disciplinaires à l'encontre de juges délinquant.

Article 115 -

Le Conseil Supérieur de la Magistrature sont fixés par une loi organique qui doit déterminer sa composition et les fonctions.

Le Conseil Supérieur de la Magistrature est présidé par le Roi. Le Roi peut nommer un représentant pour présider le Conseil Supérieur de la Magistrature.

Le Conseil Supérieur de la Magistrature fait des propositions au Roi sur la nomination des juges et des procureurs à tous les tribunaux.

Le Conseil supérieur de la magistrature se réunit sous la présidence du Président de la Cour suprême ou le Procureur général de la Cour suprême de décider des mesures disciplinaires contre les juges ou les procureurs.

Article 116 -

Les statuts des juges et des procureurs et le fonctionnement du système judiciaire doivent être définies dans des lois distinctes.

Chapitre X

 

Le Conseil Constitutionnel

 

Article 117 -

Le Conseil constitutionnel a le devoir de sauvegarder le respect de la Constitution, d'interpréter la Constitution et les lois votées par l'Assemblée.

Le Conseil constitutionnel a le droit d'examiner et de statuer sur les cas litigieux impliquant l'élection des membres de l'assemblée.

Article 118 -

Le Conseil Constitutionnel comprend neuf membres dont le mandat est de neuf ans. Un tiers des membres du Conseil doivent être remplacés tous les trois ans. Trois membres sont nommés par le Roi, trois membres de l'Assemblée et trois autres par le Conseil Supérieur de la Magistrature.

Le président doit être élu par les membres du Conseil constitutionnel. Il / elle doit avoir une voix prépondérante en cas de vote égal.

Article 119 -

Les membres du Conseil Constitutionnel sont choisis parmi les dignitaires avec un degré d'enseignement supérieur en droit, administration, la diplomatie ou de l'économie et qui ont une expérience de travail considérable.

Article 120 -

La fonction d'un membre du Conseil Constitutionnel sont incompatibles avec celle d'un membre du gouvernement royal, membre de l'assemblée, le président ou le vice-président d'un parti politique, le président ou le vice-président du syndicat ou dans la poste aux juges.

Article 121 -

Le Roi, le Premier Ministre, le Président de l'Assemblée, ou 1 / 10 des membres de l'Assemblée transmet le projet de loi au Conseil constitutionnel pour examen avant leur promulgation.

Le Conseil constitutionnel statue dans un délai de trente jours si les lois et les règles internes de procédure sont constitutionnelles.

Article 122 -

Après la loi est promulguée, le Roi, le Premier ministre, le président de l'Assemblée, 1 / 10 des membres de l'Assemblée ou par les tribunaux, peuvent demander au Conseil constitutionnel d'examiner la constitutionnalité de cette loi.

Les citoyens ont le droit de recours contre la constitutionnalité des lois que par leurs représentants ou du Président de l'Assemblée tel que stipulé dans le paragraphe ci-dessus.

Article 123 -

Dispositions i tout autre article jugé par le Conseil comme inconstitutionnelle ne peut être promulguée ni mise en œuvre.

La décision du conseil est définitive.

Article 124 -

Le Roi consulte le Conseil constitutionnel sur toutes les propositions visant à modifier la Constitution.

Article 125 -

Une loi organique détermine l'organisation et le fonctionnement du Conseil constitutionnel.

Chapitre XI

 

L'Administration

 

Article 126 -

Le territoire du Royaume du Cambodge est divisé en provinces et municipalités.

Les provinces sont divisées en districts (Srok) et de district dans la commune (Khum).

Les municipalités sont divisées en Khan en Sangkat.

Article 127 -

Les provinces, les municipalités, les districts, Khan, Khum et sangkats sera régie conformément à la loi organique.

Chapitre XII

 

Le congrès national

 

Article 128 -

Le Congrès national doit permettre au gens d'être directement informé sur diverses questions d'intérêt national et de soulever des questions et des demandes de l'autorité de l'Etat à résoudre.

Les citoyens khmers des deux sexes ont le droit de participer au Congrès national.

Article 129 -

Le Congrès national se réunit une fois par an au début Décembre à la convocation du Premier ministre.

Il procède, sous la présidence du Roi.

Article 130 -

Le Congrès national adopte des recommandations pour examen par les autorités étatiques et de l'Assemblée.

L'organisation et le fonctionnement du Congrès national doit être défini par une loi.

Chapitre XIII

 

effets, de révision et les modifications de la constitution

 

Article 131 -

Cette Constitution est la loi suprême du Royaume du Cambodge.

Les lois et les décisions prises par les institutions de l'Etat doit avoir pour être en stricte conformité avec la Constitution

Article 132 -

L'initiative de réviser ou d'amender la Constitution doit être la prérogative du Roi, le Premier Ministre, le Président de l'Assemblée à la suggestion du quart de tous les membres de l'assemblée.

Révision ou amendements sont édictées par une loi constitutionnelle votée par l'Assemblée avec un vote des 2 / 3 de la majorité

Article 133 -

Révision ou modification est interdite lorsque le pays est dans l'état d'urgence, tel que décrit dans l'article 86.

CHAPITRE XIV

 

Disposition transitoire

 

Article 134 -

Révision ou modification affectant le système de la démocratie libérale et pluraliste et le régime de monarchie constitutionnelle est interdite.

Article 135 -

Cette Constitution, après son adoption, doit être déclarée en vigueur immédiatement par le chef de l'Etat du Cambodge.

Article 136 -

Après l'entrée en vigueur de la présente Constitution, l'Assemblée constituante devient l'Assemblée nationale.

Le Règlement intérieur de l'Assemblée, entreront en vigueur après adoption par l'Assemblée.

Dans le cas où l'assemblée n'est pas encore fonctionnel, le Président, le Premier et Second Vice-Présidents de l'Assemblée constituante ont participé à l'exercice de ses fonctions au sein du Conseil t Trône si requis par la situation dans le pays.

Article 137 -

Après la présente Constitution entrera en vigueur, le roi doit être choisi en conformité avec les conditions prévues à l'article 13 et 14.

Article 138 -

Après cette Constitution prendra effet, et durant la première législature, le Roi du Royaume du Cambodge nomme un Premier Premier Ministre et un Ministre Deuxième Premier forma Gouvernement Royal après avoir obtenu le consentement du président et des deux vice-présidents de l'Assemblée .

Le co-président existants avant l'adoption de cette Constitution doit participer en tant que membres du Comité et au Conseil du Trône comme stipulé dans les articles 11 et 13 ci-dessus.

Article 139 -

Lois et documents standard au Cambodge qui préservent les propriétés d'Etat, les droits, la liberté et juridique des propriétés privées et en conformité avec les intérêts nationaux, continuent d'être en vigueur jusqu'à modifiés ou abrogés par les textes suivante, sauf les dispositions qui sont contraires à l'esprit de cette Constitution.

cette constitution a été adoptée par l'Assemblée constitutionnelle à Phnom Penh le 21 Septembre 1993 à sa deuxième séance plénière.

Phnom Penh, le 21 Septembre, 1993

Le président,

 

La Constitution Thailande de 2007

 

Guide Touristique sur la Thailande