Constitution Thailandaise de 2007 partie 16

La Constitution de la Thailande

 CHAPITRE XI
Organes en vertu de la Constitution

Partie 1
Organes indépendants vertu de la Constitution

 
1. 
Commission électorale

        
L'article 229. La Commission électorale
se compose d'un président et quatre autres
Les commissaires nommés par le Roi avec le
avis du Sénat, de personnes d'apparente
l'impartialité politique et l'intégrité.
        
Le président du Sénat doivent contresigner
le commandement royal portant nomination du Président et
Commissaires en vertu de l'alinéa premier.
       
L'article 230. Un commissaire électoral sera
possèdent les qualifications et ne doit pas être sous toute
interdiction de la manière suivante:
       
(1) étant d'au moins quarante ans;
       
(2) ayant obtenu n'est pas inférieure à une
Baccalauréat ou son équivalent;
       
(3) étant qualifié et ne pas être dans aucune des
les interdictions de l'article 205 (1), (4), (5), et
(6);
       
(4) ne pas être un juge de la Cour constitutionnelle
Cour, un médiateur, un membre de la National
Contre la Corruption Commission, un membre de la
Etat de vérification de la Commission ou un membre de la National
Human Rights Commission.
       
Les dispositions de l'article 207 s'appliquent à
Élection des commissaires mutatis mutandis.
        
L'article 231. La sélection et l'élection de
Président et des commissaires des élections doivent être
procédé comme suit:
        
(1) il y aura un comité de sélection pour
les commissaires Élection de sept membres
composé du président de la Cour suprême du
Justice, le Président de la Cour constitutionnelle, la
Président de la Cour administrative suprême, le
Président de la Chambre des représentants, le
Chef de l'Opposition à la Chambre des
Représentants, une personne choisie à un général
Réunion de la Cour suprême de justice et un
personne sélectionnée lors d'une assemblée générale des juges de
la Cour administrative suprême, en tant que membres, à
être en charge de la sélection de trois personnes, qui
avoir les qualifications de l'article 230 et qui
sont conçus pour être commissaires électoraux, pour
faire candidature au président du Sénat
avec le consentement des personnes désignées. L'
résolution faisant une telle nomination doit être passé
par les votes d'au moins deux tiers du nombre de
tous les membres actuels du comité de sélection. Dans
le cas où une position des membres de la
comité est vacant ou aucun des commissaires est
incapables d'exercer leurs fonctions, si le nombre des
membres restants du comité n'est pas moins de
une moitié du nombre total, la sélection
Comité se compose des membres restants.
À cette fin, les dispositions de l'article 113
paragraphe deux, s'appliquent mutatis mutandis.
        
Les personnes sélectionnées lors d'une assemblée générale des
la Cour suprême de justice et d'un général
Assemblée des juges de la Cour administrative suprême
Cour en vertu de l'alinéa premier ne doit pas être une justice ou
juge et un membre du comité de sélection du
positions dans d'autres organes vertu de la Constitution
simultanément;
        
(2) de la Cour suprême de justice, à sa
Assemblée Générale, d'examiner et de sélectionner deux personnes
qui ont les qualifications vertu de l'article 230 et
qui sont aptes à être commissaires électoraux pour les
faire candidature au président du Sénat
avec le consentement des personnes désignées;
        
(3) la sélection sous (1) et (2) doit être
faite dans les trente jours à compter de la date à laquelle le
terrain pour la sélection des personnes à être dans une telle
bureau survient. Dans le cas où il est incapable de faire
la sélection ou incapable de faire la sélection dans le
numéro complet, dans le délai prescrit en vertu de
(1), la Cour suprême de justice doit, à ses généraux
Réunion, terminer l'examen et de sélection pour
obtenir le numéro complet dans les quinze jours à compter
à partir de la date de l'expiration du temps de sélection
sous (1);
         
(4) le Président du Sénat convoque
le Sénat pour faire passer, par scrutin secret, une résolution
approuvant les personnes sélectionnées sous (1), (2) et (3).
         
(5) Dans le cas de donner son approbation par le
Sénat, la procédure prévue à (6) doivent être prises. Si les
Sénat rejette tout ou partie des nominés, le nom
liste doit être renvoyée au Comité de sélection
pour les commissaires des élections ou le général
Réunion de la Cour suprême de justice, comme c'est le cas
peut être, pour commencer le processus de sélection à nouveau. Si les
Comité de sélection pour les commissaires des élections
ou de l'assemblée générale de la Cour suprême du
Justice est en désaccord avec le rejet par le Sénat et
décide de réaffirmer la résolution originale avec
votes à l'unanimité ou la voix d'au moins deux
tiers de l'assemblée générale de la Cour suprême
de la Justice, comme c'est le cas peut être, la procédure prévue
(6) doivent être prises. Sinon la résolution
Réaffirmant la résolution originale n'est pas adoptée par
les votes à l'unanimité ou les votes de moins que le
nombre prescrit, le processus de sélection doit commencer
à nouveau et être achevée dans les trente jours à compter de la
date à laquelle le terrain pour un tel processus se produit;
         
(6) les personnes approuvés en vertu de (4) ou (5)
doivent se réunir et élire l'un d'entre eux d'être le
Président de la Commission électorale et, ensuite,
informe le Président du Sénat du résultat. Et
le Président du Sénat doit le tendre pour le roi
pour un nouvel engagement.
        
L'article 232. Commissaires électoraux doivent
élus pour un mandat de sept ans à compter de la date
de leur nomination par le Roi et sont nommés pour
un seul terme.
        
Les commissaires électoraux qui quitte
bureaux à l'expiration du terme reste en
Bureau de continuer à exercer leurs fonctions jusqu'à la
Élection des commissaires nouvellement nommés entrent en fonction.
        
Les dispositions de l'article 209 (1), (2), (3),
(5), (6), et (7), et les disqualifications et les
interdictions en vertu de l'article 230 sont applicables à la
vacance de siège de l'élection des commissaires
mutatis mutandis.
        
L'article 233. Les membres de la Chambre des
Des représentants, des sénateurs ou des membres des deux
Maisons de pas moins de un dixième du nombre total
des membres actuels des deux Chambres ont le
droit de déposer auprès du président de la National
Assemblée une pétition que tout commissaire électoral
est disqualifié ou est sous l'une des interdictions
vertu de l'article 230 et le président doit renvoyer cette
pétition à la Cour constitutionnelle de sa décision
dans les trois jours à compter de la date à laquelle la pétition est
reçus.
        
Lorsque la Cour constitutionnelle a adopté une
décision, il en avise le président de la National
Assemblée et le Président de la Commission électorale
Commission d'une telle décision.
       
Les dispositions de l'article 92 s'appliquent également
mutatis mutandis à la vacance de siège d'élection
Commissaires.
        
L'article 234. Dans le cas où l'élection
Les commissaires ont libéré de bureaux à toto, le
processus de sélection sous l'article 231 doivent être prises
vingt-dix jours à compter de la date des vacances.
        
Dans le cas où un commissaire électoral
quitte son poste pour un motif autre que les
l'expiration du terme, le processus de sélection sous
L'article 231 doivent être prises et a terminé dans les soixante
jours à compter de la date à laquelle le terrain pour de telles
processus se produit et la personne agréée doit servir
seulement pour le reste de la durée de la remplacer
Commissaire.
        
L'article 235. La Commission électorale sera
de contrôle et de tenir, ou de faire eu lieu, une élection ou d'un
sélection des membres de la Chambre des
Des représentants, des sénateurs, des membres d'une collectivité locale
Les administrateurs de l'Assemblée et locales, selon le cas
soit, y compris le droit de vote dans un référendum pour la
but de le rendre à procéder de façon honnête et
de manière équitable.
        
Le président de la Commission électorale
aura la charge et le contrôle de l'exécution de
la loi organique sur l'élection des membres du
Chambre des représentants et la source des sénateurs,
la loi organique sur les partis politiques, la loi organique
sur la Commission électorale, la loi organique sur
référendum, et la loi sur l'élection des membres
des assemblées locales ou des administrateurs locaux et doivent
le registraire des partis politiques.
        
Il doit y avoir du Bureau de l'élection
Commission, un organe de l'autonomie dans le personnel
l'administration, de budgétisation et d'autres activités
prévues par la loi.
        
L'article 236. La Commission électorale sera
ont les pouvoirs et devoirs suivants:
        
(1) pour émettre des avis et fixer des règles
prescrivant toutes les activités nécessaires à l'exécution
des lois visées à l'article 235 paragraphe deux,
règles qui régissent notamment la campagne électorale et
d'autres activités des partis politiques, des élections
candidats et les électeurs admissibles à défendre l'honnêteté et
l'équité, ainsi que les critères de l'action de la
Etat de promouvoir une élection impartiale et égale
opportunités dans la campagne électorale;
        
(2) d'établir des règles régissant les interdictions de
le Conseil des ministres et des ministres tout en prenant
bureaux à exercer des fonctions conformément à l'article 181 en ayant
une matière de la protection des intérêts de l'Etat et
un regard à l'honnêteté, l'impartialité, l'équité et l'égalité
opportunités dans la campagne électorale;
        
(3) de prescrire des mesures et de contrôler la
contributions financières aux partis politiques,
subventions accordées par l'Etat, les dépenses de la
partis politiques et candidats aux élections, y compris aux
ouvertement la vérification des comptes financiers des partis politiques
ainsi que pour surveiller le décaissement et la réception
d'argent pour affecter le vote;
        
(4) de donner des ordres pour instruire gouvernement
représentants, fonctionnaires ou employés d'une agence de l'Etat,
Entreprise d'État ou l'organisation du gouvernement local ou
fonctionnaires de l'État pour effectuer d'autres tous les actes nécessaires
en vertu des lois visées à l'article 235 alinéa
deux;
        
(5) pour mener des enquêtes et des enquêtes pour les
des faits et la décision sur les problèmes ou litiges
découlant des lois visées à l'article 235
paragraphe deux;
        
(6) à ordonner une nouvelle élection ou d'un nouveau vote au
un référendum qui se tiendra aux bureaux de vote en tout ou
quand il ya des preuves convaincantes que l'élection
ou le vote à un référendum dans ce ou ces sondages
stations n'ont pas procéder de façon honnête et équitable;
        
(7) pour annoncer le résultat d'une élection,
sélection et le vote dans un référendum;
        
(8) de promouvoir et de soutenir ou de coordonner avec les
Organismes de l'État, les entreprises d'Etat, ou gouvernement local
organisations, ou de soutenir des organismes privés
fournir au public des études sur le
régime démocratique de gouvernement avec le roi
Chef de l'Etat ainsi que de promouvoir le public
participation à la politique;
        
(9) pour effectuer d'autres actes prévus par la loi.
        
Dans l'exercice de ses fonctions, l'élection
Commission a le pouvoir de convoquer toute pertinents
document ou preuve de toute personne, ou convoquer
toute personne de faire des déclarations ainsi que de demander
les procureurs, responsables de l'enquête, l'État
agences, les entreprises d'Etat ou de gouvernement local
organisations à prendre des mesures dans le but de sa
exercice de ses fonctions, l'enquêteur, l'enquête et
passant décisions.
        
La Commission électorale a le pouvoir de
nommer des personnes, un groupe de personnes ou des représentants
des organisations privées pour effectuer ces confié
devoirs.
        
L'article 237. Tout candidat à l'élection qui agit
ou des causes ou des supports d'autres à agir en violation des
loi organique sur l'élection des membres de la Chambre
des représentants et la source de sénateurs, ou
Règles ou les notifications de la Commission électorale,
qui se traduit dans les élections d'être dans malhonnête et
manière déloyale, le droit électoral d'un tel candidat
doit être révoquée en vertu de la loi organique sur le
élection des membres de la Chambre des représentants
et la source des sénateurs.
        
Relatives à la Loi d'une telle personne de moins de
alinéa premier, si des preuves convaincantes est apparu
que tout dirigeant ou membre du comité exécutif de
un parti politique de connivence à l'acte, ou qu'il savait, mais
ne pas contrecarrer ou corriger l'incident pour assurer la
des élections honnêtes et justes, il sera considéré que ces
parti politique a agi pour acquérir le pouvoir en place au cours
le pays par des moyens non conforme aux
de la manière prescrite par la présente Constitution conformément à l'article
68. Dans le cas où les ordres Cour constitutionnelle
de dissoudre ce parti politique, le leader et
membres du comité exécutif de la politique comme
partie ne sera révoqué leur droit électoral pour un
période de cinq ans à compter de la date de la commande
la dissolution du parti est efficace.
        
L'article 238. La Commission électorale sera
immédiatement mener une enquête et d'instruction pour les
trouver des faits dans l'un des cas suivants;
        
(1) une objection formulée par un électeur, un candidat à une
élection ou un parti politique dont un membre était
pour l'élection de l'une des circonscriptions a
objecté que l'élection dans cette circonscription a
a procédé de façon inappropriée ou illégale;
        
(2) une objection formulée par un candidat à un sénateur ou un
membre d'un organisme en vertu de l'article 114, paragraphe
celle que le choix des sénateurs a procédé
inappropriée ou illégale;
        
(3) une preuve convaincante est apparu que
tout membre de la Chambre des représentants,
sénateur, membre d'une assemblée locale ou à
administrateur, avant d'être élu, avait commis
tout acte malhonnête de lui permettre d'être élu
ou sélectionné, ou a été élu ou malhonnête
sélectionnés à la suite d'un acte commis par n'importe quel
personne ou un parti politique, en violation de la loi organique
sur l'élection des membres de la Chambre des
Les représentants et la source de sénateurs, organique
loi sur les partis politiques ou de la loi sur l'élection du
les membres des assemblées locales et les
administrateurs;
        
(4) une preuve convaincante est apparu que le
de vote dans un référendum n'a pas lieu légalement ou une
objection n'a été soulevée par un électeur que le vote
un référendum dans tous les bureaux de vote a procédé
incorrecte ou illégale;
       
A l'issue des actions en vertu du paragraphe
un, la Commission électorale doit passer une décision
immédiatement.
        
L'article 239. Dans le cas où l'élection
Commission décide d'avoir une nouvelle élection ou à
révoquer le droit électoral, avant l'annonce
des résultats de l'élection, des membres de la Chambre des
Les représentants et les sénateurs, la décision de la
Commission électorale doit être définitive.
        
Dans le cas où la Commission électorale est
d'opinion, après l'annonce des résultats du
l'élection, qu'il devrait y avoir une nouvelle élection ou
les droits électoraux de tout membre de la Chambre des
Les représentants ou sénateur devrait être révoqué, il doit
soumettre une motion à la Cour suprême de justice pour les
sa décision. Après que la Cour suprême de justice
reçoit une motion de celle-ci, ce membre de la Chambre
des représentants ou sénateur ne sera pas en mesure de
accomplir des tâches jusqu'à ce que la Cour suprême de justice
ont une ordonnance rejetant la motion. Dans le cas
où la Cour suprême de justice ordonne d'avoir un
nouvelle élection dans une circonscription ou de révoquer une
droit électoral de tout membre de la Chambre des
Les représentants ou sénateur, son adhésion au
cette circonscription prend fin.
        
Dans le cas où la personne en vertu du paragraphe
deux ne peuvent pas continuer à exercer ses fonctions, cette personne
ne sont pas comptés dans le nombre total des
les membres actuels de la Chambre des représentants ou
Sénat, selon le cas.
        
Les dispositions de l'alinéa premier, paragraphe
deux et le troisième paragraphe s'appliquent mutatis mutandis
à l'élection des assemblées locales et les
Les administrateurs et le mouvement est indiqué au paragraphe
deux doivent être soumis à la Cours d'appel et
son ordre est réputé définitif.
        
L'article 240. Dans le cas où une objection
a été soulevé que le choix d'un sénateur a
a procédé de manière incorrecte ou illégale ou convaincre
preuves est apparu que, avant d'être sélectionné,
tout sénateur a agi conformément à l'article 238, l'élection
Commission doit immédiatement mener une enquête
sur la question.
        
Lorsque la Commission électorale a décidé
et a rendu sa décision, il doit immédiatement renvoyer l'affaire
à la Cour suprême de justice de sa décision et
les dispositions de l'article 239 alinéa deux et
paragraphe trois s'appliquent mutatis mutandis à la
cessation de la performance des fonctions de ce
sénateur.
        
Dans le cas où la Cour suprême du
Justice a une ordonnance annulant la sélection ou
révoquer un droit électoral d'un sénateur, le
l'adhésion de sénateur de cette personne prend fin
à partir de la date d'une telle ordonnance et la sélection
processus d'un nouveau sénateur doit commencer à remplacer les
vacance.
        
Le président de la Commission électorale
ne doit pas participer à ou a une prise de décision plus
le processus en vertu du paragraphe un ou paragraphe deux
et la Commission électorale comprend les actuels
chambre de celle-ci de procéder.
       
L'opposition et l'examen par le
Commission électorale doit être poursuivie dans le
Conformément à la loi organique sur l'élection du
membres de la Chambre des représentants et le
source de sénateurs.
        
L'article 241. Pendant la période où un
Décret Royal appelant à une élection des membres du
la Chambre des représentants ou des sénateurs, une
Appelant de notification pour une sélection de sénateur ou d'un
Notification de l'appelant à voter dans un référendum est
efficace, pas de commissaire électoral doit être
arrêté, détenu ou convoqué par un mandat pour
enquête, sauf dans le cas où l'autorisation du
Commission électorale est obtenue ou lorsque l'arrestation
est faite en flagrant délit.
        
Dans le cas où un commissaire électoral
a été arrêté en flagrant délit, ou si un
Commissaire aux élections a été arrêté ou détenu
dans d'autres cas, il doit être immédiatement signalé au
Président de la Commission électorale et le
Président peut ordonner une libération de la personne ainsi
arrêtés. Néanmoins, dans le cas où le
Président de la Commission électorale a été
arrêté ou détenu, il doit être l'autorité de la
Élection des commissaires restant de procéder une
l'action de celle-ci.

 

Lire la suite

Guide Touristique sur la Thailande