La Constitution Thailandaise partie 3

La Constitution de la Thailande


L'article 25. Dans le cas où le privé

Conseil aura pour exercer les fonctions sous

L'article 19 ou l'article 23, paragraphe deux, ou le

Le président du Conseil privé doit avoir à effectuer

ses fonctions conformément à l'article 20, paragraphe un ou

paragraphe deux ou de l'article 24, alinéa deux, et

pendant ce temps il n'ya pas de président du Conseil privé

Conseil ou le président du Conseil privé est

incapable d'accomplir ses fonctions, le reste

Conseillers privés élisent parmi eux-mêmes pour

agir en tant que président du Conseil privé ou d'accomplir

les devoirs de l'article 20, paragraphe un ou

l'alinéa deux ou article 24, alinéa trois, comme le

cas.

 

 

CHAPITRE III

Droits et libertés de la population thaïlandaise

Partie 1

Dispositions générales


L'article 26. Dans l'exercice du pouvoir de chacun et de

chaque autorité de l'Etat, il doit être tenu à l'homme

la dignité, des droits et libertés en conformité avec les

dispositions de la présente Constitution.

L'article 27. Droits et libertés reconnus par

cette Constitution expressément, implicitement, ou par l'intermédiaire

les décisions de la Cour constitutionnelle doit être

protégée et engagent directement le National

Assemblée, le Conseil des ministres, les tribunaux, et

organes de l'Etat à légiférer, l'application et

l'interprétation des lois.

L'article 28. Une personne peut invoquer humaine

la dignité ou l'exercice de ses droits et libertés dans la

mesure où elle n'est pas en violation des droits et libertés des

d'autres personnes ou contraires à la présente Constitution ou de bons

la morale.

Une personne dont les droits et libertés

reconnus par la Constitution sont violés peut

invoquer les dispositions de la présente Constitution pour apporter

poursuite ou à se défendre dans la cour.

 

Une personne peut invoquer son droit judiciaire

directement à l'Etat de se conformer à la

dispositions du présent chapitre. Dans l'exercice de ses

droits et libertés reconnus par la présente Constitution

longtemps que les détails d'un tel exercice de droits et de

libertés sont régies par aucune loi, une telle loi doit être

appliquée.

Une personne a le droit d'acquérir une assistance

et le soutien de l'Etat dans l'exercice de ses

droits stipulés en vertu du présent chapitre.

L'article 29. La restriction de ces droits et

libertés reconnus par la Constitution ne doit pas

être imposée à une personne, sauf en vertu des

dispositions de la loi promulguée spécifiquement pour la

objectif déterminé par la présente Constitution et seulement à

l'ampleur de la nécessité et à condition qu'il ne doit pas

atteinte à la substance essentielle de ces droits et

libertés.

La loi en vertu de l'alinéa premier doit être de

application générale et ne doit pas être destinée à s'appliquer

à un cas particulier ou une personne, à condition que le

disposition de la Constitution autorisant sa

adoption doit également être mentionnée.

Les dispositions de l'alinéa premier et de

paragraphe deux s'applique mutatis mutandis aux règles

ou règlements émis en vertu des dispositions de la

la loi.

 

 

Partie 2

Egalité

L'article 30. Toutes les personnes sont égales devant la

la loi et jouissent d'une protection égale devant la loi.

Les hommes et les femmes jouissent de droits égaux.

Discrimination injuste contre une personne sur la

raison de leur différence d'origine, de race, de langue,

sexe, âge, condition physique ou de santé, le statut personnel,

situation économique ou sociale, de croyance religieuse, l'éducation,

ou constitutionnelle opinions politiques, ne sont pas autorisées.

Mesures déterminées par l'État afin de

éliminer les obstacles à la capacité ou promouvoir des personnes «à

exercer leurs droits et libertés que les autres personnes

ne doit pas être considérée comme une discrimination injuste en vertu de

paragraphe trois.

L'article 31. Une personne qui est membre de la

forces armées ou de police, un fonctionnaire du gouvernement,

un fonctionnaire d'Etat d'un autre type et un dirigeant ou un

employé d'un organisme d'Etat jouissent de la même

droits et libertés dans la Constitution comme les autres

personnes, sauf si cette jouissance est limitée par la loi

ou la réglementation en matière de politique, d'efficacité,

la discipline ou l'éthique émises en vertu de la loi.

 

 

Partie 3

Droits et libertés individuels

L'article 32. Une personne jouit du droit et de

liberté dans sa vie et par personne.

Une torture, acte brutal, ou de punition cruels par

ou des moyens inhumains ne sont pas autorisées, à condition,

Cependant, cette peine par la peine de mort comme

prévues par la loi ne doit pas être considérée comme la punition

par des moyens cruels ou inhumains en vertu du présent paragraphe.

L'arrestation et la détention ne doit pas être faite

sans ordonnance de la Cour, la Cour bref ou d'autres causes que

prescrite par la loi.

La recherche d'une personne ou d'un acte affectant le

droits et la liberté en vertu du paragraphe ne doit pas être

faite autrement que par les nécessités comme prescrit par la loi.

Dans le cas de l'acte portant atteinte au droit et à

liberté en vertu du paragraphe un, une personne affectée, un

ministère public, ou d'une autre personne agissant au nom

de la personne concernée a le droit de demander justice

mesures pour faire cesser ou le retrait d'une telle action, y compris

afin de déterminer la mesure appropriée ou remède à la

courus dégâts.

L'article 33. Une personne jouissent de la liberté de

habitation.

Une personne est protégée à des fins pacifiques de son

l'habitation et pour possession de son habitation

endroit.

 

 

L'entrée dans un lieu d'habitation, sans

consentement de son possesseur ou la recherche d'un logement ou

lieu privé ne doit pas être faite sans ordonnance de la Cour,

bref ou d'autres causes comme prescrit par la loi.

L'article 34. Une personne jouissent de la liberté de

voyage et la liberté de faire le choix de son

ou de sa résidence dans le Royaume.

La restriction des libertés en vertu

paragraphe ne doit pas être imposé qu'en vertu

de la loi promulguée spécifiquement pour le maintien de la

sécurité de l'Etat, l'ordre public, bien public,

l'aménagement du territoire, ou le bien-être de la jeunesse.

Aucune personne de nationalité thaïlandaise doivent être

déportés ou interdits d'entrer dans le Royaume.

L'article 35. Droits de la famille d'une personne, la dignité,

réputation, ou le droit à la vie privée doit être protégé.

L'affirmation ou la circulation d'une déclaration ou

image de quelque manière que ce soit pour le public

qui viole ou porte atteinte aux droits famille d'une personne,

la dignité, la réputation ou le droit à la vie privée, ne doit pas

être faite, sauf dans le cas qui est bénéfique pour le

du public.

Une personne a le droit d'être protégé

contre l'exploitation illégale des personnels à son sujet

informations prévues par la loi.

L'article 36. Une personne jouissent de la liberté de

la communication par des moyens légaux.

La censure, la détention ou la divulgation de

la communication entre les personnes, y compris tout autre

 

Loi sur la divulgation d'une déclaration dans la communication

entre des personnes ne doit pas être faite, sauf en vertu

des dispositions de la loi promulguée spécifiquement pour les

sécurité de l'Etat ou le maintien de l'ordre public ou

bonnes mœurs.

L'article 37. Une personne jouit d'une pleine liberté

professer une religion, une secte religieuse ou de croyance, et

observent la doctrine religieuse ou l'exercice d'une forme de

culte conformément à ses convictions;

à condition qu'il ne soit pas contraire à la citoyenne son

fonctions, l'ordre public ou aux bonnes mœurs.

Dans l'exercice de la liberté visée au

premier paragraphe, une personne est protégée contre tout acte de

l'Etat, qui est dérogatoire à ses droits ou de

préjudiciables à ses prestations dues au motif

de professer une religion, une secte religieuse ou de croyance ou de

observant la doctrine religieuse ou préceptes ou d'exercer

une forme de culte, conformément à son

croyance qui est différente de celle des autres.

L'article 38. Le travail forcé ne doit pas être imposée

qu'en vertu de la loi promulguée spécifiquement pour les

dans le but d'éviter imminente calamité publique ou

en vertu de la loi qui prévoit son imposition

pendant le temps où le pays est dans un état de guerre

ou de conflit armé, ou quand un État d'urgence ou de

la loi martiale est déclarée.

 

Lire la suite


Guide Touristique sur la Thailande