La Loi sur l'entraide judiciaire en matière pénale, (1992)

Loi en Thailande,

 

Section 1 

Cette loi doit être appelée la «Loi sur l'entraide judiciaire en matière pénale, BE 2535."

Section 2 
La présente loi entrera en vigueur après 90 jours dès sa publication dans la Gazette du gouvernement.

Section 3 
Toutes les autres lois, règlements, règles, décrets, et l'annonce déjà fournis dans ou incompatibles de la présente loi est remplacée par la présente loi.

Section 4 Dans la présente loi: 
Assistance »Investigation assistance concernant, d'enquête, de poursuites, la confiscation des biens et autres procédures en matière pénale;

État requérant »signifie l'Etat sollicitant l'aide de l'État requis;

Etat requis »désigne l'Etat dont une aide pour l'État requérant est demandée;

Autorité centrale »désigne la personne ayant l'autorité et la fonction d'être le coordinateur de fournir une assistance à un État étranger ou en sollicitant l'assistance d'un État étranger à la présente loi;

Autorités compétentes »désigne les autorités officielles et de la fonction d'execut la demande d'assistance d'un État étranger telle que notifiée par l'Autorité centrale en vertu de la présente loi.

Section 5 
Le Premier ministre doit être le gardien de la présente loi et ont le pouvoir d'émettre des règlements ministérielle nécessaire à la mise en œuvre de la présente loi.

Règlement ministériel entrera en vigueur dès la publication dans la Gazette du gouvernement.

CHAPITRE 1 Autorité centrale

Section 6 
L'Autorité centrale est le procureur général ou la personne désignée par lui.

Section 7 
L'Autorité centrale doit avoir l'autorité et les fonctions suivantes: 
(1) Pour recevoir la demande d'aide de l'État requérant et de le transmettre aux autorités compétentes; 
(2) Pour recevoir l'assistance de la demande présentée par la recherche d'un organisme du gouvernement royal thaïlandais et de livrer à l'État requis; 
(3) pour examiner et déterminer s'il convient de fournir ou de demander de l'aide; 
(4) Pour suivre et accélérer la performance des autorités compétentes en fournissant une assistance à un État étranger dans le but de la conclusion rapide; 
(5) à édicter des règlements ou des annoucement pour l'application de la présente loi; 
(6) Pour mener à bien d'autres actes nécessaires à la réussite de fournir ou de demander de l'aide à la présente loi.

Section 8 
Il doit exister un conseil comprenant des représentants du ministère de la Défense, le Ministère des Affaires Etrangères, le Ministère de l'Intérieur, le ministère de la Justice, le Bureau du Procureur général, ainsi que d'autres personnes distinguées pas plus de quatre personnes que ses membres et un magistrat du parquet désigné par le Conseil comme secrétaire. La Commission doit fournir l'opinion afin d'aider l'Autorité centrale dans la considération et la détermination de la fourniture pour ou sollicitant l'aide de pays étrangers où la matière sont susceptibles d'affecter la souveraineté nationale ou la sécurité, cruciale intérêts publics, relations internationales, ou se rapportent à une infraction politique ou militaire.

Quand une aide est demandée conformément à l'article 10 ou l'article 36 et le processus de l'article 11 a déjà été achevée, l'Autorité centrale doit rapidement porter l'affaire devant le Conseil pour avis à moins que le processus a été par ailleurs établi par le Conseil.

Si il doit y avoir une dissension entre l'opinion du conseil d'administration et de la détermination de l'Autorité centrale, alors ce dernier doit renvoyer l'affaire au Premier ministre de sa décision conformément à l'article 11 paragraphe cinq ou article 38 paragraphe deux, selon le cas être.

CHAPITRE 2 Fournir des et de recherche pour l'assistance. 
PARTIE 1 Dispositions générales

Section 9 
La fourniture d'une assistance à un État étranger est soumise aux conditions suivantes: 
(1) L'aide peut être fournie même il n'existe pas de traité d'assistance mutuelle entre la Thaïlande et l'État requérant prévoit que l'Etat s'engage à aider ces Thaïlande sous la même manière, sur demande; 
(2) L'acte qui est la cause d'une demande doit être une infraction punissable en vertu des lois thaïlandaises, sauf lorsque la Thaïlande et l'État requérant ont signé un traité d'assistance mutuelle entre eux et le traité n'en dispose autrement prévoit, toutefois, que l'aide doit être conforme à les dispositions de la présente loi; 
(3) Une demande peut être refusée si elle doit affecter la souveraineté nationale ou de sécurité, ou d'autres intérêts publics crucia1 de la Thaïlande, ou se rapportent à une infraction politique; 
(4) La fourniture d'une assistance ne doit pas être liée à une infraction militaire.

Section 10 
Les conducteurs ayant un traité d'assistance mutuelle avec la Thaïlande soumet sa demande d'assistance directe à l'Autorité centrale. L'Etat qui n'a pas traité de ce genre doit soumettre sa demande par voie diplomatique.

Une demande d'assistance doivent être conformes aux formulaires, règlements, les moyens et les conditions définies par l'Autorité centrale.

 

Lire la suite

 

Guide Touristique sur la Thailande