Plaintes et examen des plaintes en vertu de l'alinéa premier et le deuxième paragraphe doit être prescrit par règlement MSPC.

L'article 124. Dans un examen des plaintes, le MSPC a le pouvoir de refuser d'entendre la plainte, rejeter la plainte, ou faire un arrêt pour modifier ou abroger une ordonnance, et d'accorder des réparations pour les dommages à la plaignante, ou d'exiger d'autres actions dans l'intérêt de la justice tel que prescrit par la règle MSPC.

Le MSPC peut effectuer un examen des plaintes par lui-même, ou peut nommer un commissaire MSPC ou de nommer une commission des plaintes pour exercer les fonctions d'examen des plaintes, conformément au règlement MSPC, et dans l'exécution des obligations en vertu de la présente loi, les membres de la plainte Commission doivent être des fonctionnaires compétents en vertu du Code pénal et doit avoir les pouvoirs conférés par l'article 117, mutatis mutandis.

L'article 125. Dans les cas suivants, un membre de la commission des plaintes peuvent être récusés: 
(1) être un fonctionnaire de l'supervision qui a été la cause d'inquiétude, ou être une personne sous la charge et le contrôle des officiels tels supervision; 
(2) ayant un intérêt dans l'affaire des plaintes; 
(3) ayant une cause de ressentiment contre le plaignant; 
(4) étant dans une relation parent ou conjugale avec une personne âgée (1), (2) ou (3) qui peut causer une injustice à la plaignante; Un membre de la commission des plaintes soumises à une affaire relevant du paragraphe ne doit en aviser le président de l'MSPC et se retirer de l'examen des plaintes.

La soumission d'une objection et l'examen de l'objection doit être prescrit par règlement MSPC.

Chapitre 11 
Protection du système du mérite

L'article 126. Dans le cas où le MSPC constate qu'un règlement, règle ou ordonnance rendue en vertu de cette loi et destinées à une application générale est incompatible avec le système du mérite vertu de l'article 42, le MSPC notifie à l'organisme ou personne qui délivre une telle réglementation, règle ou une ordonnance pour un modification ou une abrogation d'être faite, le cas échéant à l'affaire.

TITRE V 
AGENTS maison royale CIVILE

L'article 127. La nomination et le renvoi des fonctionnaires maison royale civile doit être au bon plaisir du roi.

Dans l'intérêt de l'administration du personnel pour les fonctionnaires civils maison royale, un arrêté royal prescrivant des règles et procédures sur la classification du poste, le paiement des salaires et des indemnités de position, réintégration, la nomination, l'amélioration de l'efficacité et le renforcement de motivation dans l'exercice de fonctions officielles, à l'éthique de maintenir, maintien de la discipline, la retraite du service du gouvernement, les appels, les plaintes et autres questions pourraient être adoptées si nécessaire, à condition qu'il n'y ait aucune atteinte à la prérogative royale en vertu du paragraphe un.

L'arrêté royal en vertu du paragraphe deux peuvent prévoir l'application de tout ou partie des dispositions de la présente loi, ou peut contenir des dispositions différentes de la présente loi.

Dispositions transitoires

L'article 128. Le SCC, CSSC et devoirs spéciaux CSSC effectuer à la date précédant le jour où la présente loi entre en vigueur continueront à exercer des fonctions jusqu'à ce que le SCC est nommé par le roi, ou jusqu'à ce qu'un CSSC spéciales ou sous-comité d'un CSSC est nommé, comme le cas échéant, la présente loi.

La procédure de la nomination de la CSC sera achevé dans les 120 jours à compter de la date à laquelle la présente loi entre en vigueur.

L'article 129. Alors que la procédure n'a pas encore été réalisées pour établir l'MSPC, le SCC doit assumer provisoirement les fonctions du MSPC vertu de cette loi jusqu'à ce que le Roi nomme le MSPC vertu de cette loi.

La procédure de la nomination du MSPC doit être terminée dans 180 jours à compter de la date à laquelle la présente loi entre en vigueur.

L'article 130. Un fonctionnaire ou agent maison royale civile vertu de la Loi du service civil 2535 (1992) à la date avant la date de la présente loi entre en vigueur continueront d'être un fonctionnaire ou fonctionnaire royal maison civile vertu de cette loi, comme c'est le cas peut-être.

L'article 131. Alors que le SCC n'a pas encore fixées les spécifications de classe selon l'article 48, les dispositions du TITRE IV FONCTIONNAIRES CIVILS et TITRE V FONCTIONNAIRES maison royale ne sont pas encore applicables. Les dispositions de l'SERVITEURS TITRE III TITRE DES FONCTIONNAIRES CIVILS et IV Maison Royale CIVILE vertu de la Loi du service civil 2535 (1992), tel que modifié, y compris le calendrier de la société civile taux de salaire horaire des officiels et civils officiels taux de l'allocation de position annexé à la Salaires et Position Loi sur les allocations ÊTRE 2538 (1995), tel que modifié, sont provisoirement applicables aux fonctionnaires et agents civils maison royale jusqu'à la CSC a terminé la définition des spécifications de classe et les postes désignés fonctionnaire dans tous les organismes gouvernementaux à des catégories de position, les séries de classe et des niveaux de position dans conformément aux spécifications de classe, et a publié un avis de celle-ci, selon lequel les dispositions de SERVITEURS TITRE IV TITRE CIVIL et V FONCTIONNAIRES CIVILS maison royale à la présente loi s'appliquent à compter de la date de notification par le SCC, et le fonctionnaire supervision doivent désigner des représentants pour les nouveaux postes dans les trente jours à compter de la date de l'avis du SCC.

Dans la désignation des postes et la nomination des fonctionnaires en vertu de l'alinéa premier, si il ya des raisons et des nécessités, le SCC peut, dans des cas individuels, d'approuver la nomination de fonctionnaires possédant des qualifications différentes des exigences de qualification tel que prescrit par la loi.

Le SCC procède à émettre l'avis prévu au paragraphe un délai d'un an de la date de la présente loi entre en vigueur.

L'article 132. Alors que les arrêtés royaux n'ont pas encore été promulguée, ou d'un Règlement SCC ou les règles n'ont pas encore été émis, ou des directives ou des prescriptions n'ont pas encore été faite, en tout cas, dans le but de réaliser des performances à la présente loi, les décrets royaux, le SCC règlements, règles ou directives, ou des cas qui ont été prescrits, qui étaient auparavant en vigueur, doit être appliquée dans la mesure où ne sont pas incompatibles ou contraires à la présente loi.

Dans le cas où le Royal décrets, règlements du SCC, les règles ou directives, ou des cas qui ont été prescrits, sont inapplicables en vertu du paragraphe un, une procédure doit être tel que prescrit par la CSC.

L'article 133. Un fonctionnaire civil qui est soumise à un cas de violation de discipline ou d'un cas qui appelle à une décharge de service public existant avant la date à laquelle les dispositions du TITRE DES FONCTIONNAIRES CIVILS TITRE IV et V FONCTIONNAIRES CIVILS maison royale de la présente loi entrent en vigueur, le fonctionnaire de supervision en vertu de cette loi aura le pouvoir d'ordonner la punition d'une telle personne ou à ordonner la libération de cette personne du service du gouvernement en vertu de la loi sur le service civil en vigueur à ce moment. Les enquêtes, les considérations et les procédures pour imposer des sanctions ou de décharge du service du gouvernement doit être tel que prévu dans la présente loi, sauf:

 

Lire la suite

 

Guide Touristique sur la Thailande