Section 1509. Le mariage fait sans l'approbation de personnes mentionnées à l'article 1454 est annulable.

Section 1510. Lorsque le mariage est annulable en raison d'avoir été faite sans l'autorisation des personnes mentionnées à la section 1454, seule la personne qui peut donner l'approbation en vertu de l'article 1454 peut demander la résiliation du mariage.

Le droit à la demande de dissolution du mariage en vertu du présent article est éteint lorsque le conjoint a fini de l'âge de la vingtième année ou lorsque la femme est devenue enceinte.

L'action pour la dissolution du mariage en vertu du présent article est interdite par la prescription d'un an après le jour où le mariage est connue.

. Section 1511 Le mariage qui se termine par un jugement du tribunal doit être considéré comme ayant pris fin le jour où le jugement devient définitif: à condition, toutefois, qu'il ne peut pas être mis en place, au préjudice des droits des tiers agissant en bonne foi à moins que la dissolution du mariage a été enregistré.

Section 1512. Les dispositions relatives à la suite d'un divorce par jugement de la Cour s'applique à la suite de la résiliation du mariage, mutatis mutandis.

Section 1513. S'il apparaît que le conjoint a poursuivi sur la dissolution du mariage a connu des motifs de l'annulation, ce conjoint est nécessaire pour faire la réparation du dommage au corps, à la réputation ou aux biens de l'autre découlant de ce mariage, et le dispositions de l'article 1525 s'appliquent mutatis mutandis.

Si l'autre conjoint devient démunis en effet de la résiliation du mariage en vertu du paragraphe un et tire des revenus insuffisants de ses biens ou son entreprise, qui sert à être réalisée sur le cours du mariage, l'époux contre lequel l'action a été intentée est également nécessaires pour être passible de frais de subsistance comme le prévoit l'article 1526.

Divorce article 1514. Peut être effectuée que par consentement mutuel ou par l'arrêt de la Cour. 
Le divorce s'effectue par consentement mutuel doit être faite par écrit et certifié par la signature d'au moins deux témoins.

Section 1515. Où le mariage a été enregistré comme indiqué par le présent code, le divorce par consentement mutuel n'est valable que si l'enregistrement est effectué par celui-ci à la fois le mari et la femme.

. Section 1516-chaussée d'action pour le divorce sont les suivants:

  1. Le mari a fourni l'entretien ou telle autre femme honorée que sa femme, ou la femme a commis l'adultère, l'autre époux peut présenter une demande de divorce;
  2. Un conjoint est coupable d'une faute, nonobstant si une telle inconduite constitue une infraction criminelle ou non, il provoque, si l'autre:
  3. Pour être sérieusement honte;
  4. Pour être insultés ou détesté à cause de continuer à être le mari ou la femme de l'époux ayant commis la faute, ou
  5. Pour soutenir blessures étendues ou difficulté lorsque la condition, la position et la cohabitation comme mari et femme sont pris en considération, ce dernier peut saisir d'une demande de divorce;
  6. Un conjoint a effectué un préjudice grave ou de torture sur le corps ou l'esprit de l'autre, ou a sérieusement insulté l'autre ou ses ascendants, ce dernier peut déposer une demande de divorce;
  7. Un époux a déserté l'autre pour plus d'un an, ce dernier peut déposer une demande de divorce;

(4 / 1) l'un des époux avait été condamné par un jugement définitif de la Cour et a été en prison pendant plus d'un an à l'infraction commise sans aucune participation, le consentement ou la connaissance de l'autre, et la cohabitation comme mari et épouse la cause de l'autre partie à subir des blessures excessives ou mal, ce dernier peut déposer une demande de divorce; 
(4 / 2) Le mari et la femme volontairement vivre séparément en raison de leur incapacité à cohabiter pacifiquement pendant plus de trois ans, ou vivre séparément pendant plus de trois ans par l'ordonnance de la Cour, l'un des époux peut déposer une demande de divorce; 
(5) l'un des époux a été déclaré d'avoir disparu, ou a quitté son domicile ou sa résidence pendant plus de trois ans et étant incertain si il ou elle est vivante ou morte; 
(6) l'un des époux a omis de fournir un bon entretien et de soutien à l'autre, ou commis des actes graves contraires à la relation entre mari et femme à un tel point que l'autre a été en difficulté excessive lorsque la condition, la position et la cohabitation en tant que mari et la femme sont pris en considération, ce dernier peut déposer une demande de divorce; 
(7) l'un des époux a été un fou pendant plus de trois ans sans interruption et la folie est à peine guérissables sorte que le maintien du mariage ne peut être attendue, l'autre peut demander le divorce. 
(8) l'un des époux a rompu un lien de comportement décent signé par lui ou elle, l'autre peut déposer une demande de divorce. 
(9) l'un des époux est atteint d'une maladie transmissible et dangereux qui est incurable et peut causer des blessures à l'autre, ce dernier peut déposer une demande de divorce. 
(10) l'un des conjoints a un désavantage physique afin d'être définitivement incapable de vivre et de partager l'espace en tant que mari et femme, l'autre peut déposer une demande de divorce.

Section 1517. Aucune action en divorce peut être initiée par le mari ou la femme, comme c'est le cas peut être, si ce conjoint a donné son consentement ou fermé les yeux sur les actes en vertu du paragraphe 1516 (1) et (2) sur laquelle l'action en divorce est fondée.

Si le motif de l'action en divorce en vertu l'article 1516 (10) est une suite d'actions par l'autre conjoint, l'action en divorce basée sur ce motif ne peut être initiée par l'autre conjoint tel.

Lorsque l'action en divorce est fondée sur les motifs en vertu du paragraphe 1516 (8) a été initié, la Cour ne peut pas émettre un jugement à appliquer le divorce si les comportements de l'époux ou l'épouse qui cause le lien pour avoir été exécuté est une cause mineure ou pas d'importance par rapport à la cohabitation pacifique en tant que mari et femme.

Section 1518. Le droit d'engager une action en divorce serait terminée si le conjoint ayant droit y a commis un acte de pardon montrant son à l'acte accompli par l'autre qui a causé le droit d'engager l'action en divorce.

Section 1519. Dans le cas où un conjoint est une personne aliénée, et s'il y donne naissance à la terre de l'action de divorce, indépendamment de savoir si elle survient avant ou après la folie, la personne habilitée à demander à la Cour pour obtenir une ordonnance d'effectuer des fous personne à une personne invalide en vertu du paragraphe 28 doit avoir le pouvoir de soumettre t une action contre l'autre conjoint pour le divorce et la liquidation des biens. Dans un tel cas, si aucune ordonnance de la Cour d'effectuer le conjoint fous d'être une personne frappée d'incapacité n'a encore été délivré, la personne a dit s'applique à la Cour dans la même affaire pour une commande effectuer le conjoint fous d'être une personne inapte.

La dite personne peut, si elle est approuvée convient, s'appliquent également à la Cour pour donner l'ordre à la section 1526 et 1530.

Dans le cas où le conjoint censé être un fou n'a pas encore été déterminée incompétents, et si la Cour juge que le conjoint ne doit pas être jugé incompétent, le cas doit alors être rejetée. Si le conjoint est pensé pour être apte à être jugé incompétent, mais un ordre à l'effet que le divorce ne devrait pas être encore des questions, la Cour doit ordonner au conjoint d'être une personne invalide et ne peut rendre toute ordonnance concernant le tuteur ou une autre personne à nommer être tuteur en application de l'article 1463 alors que la demande de divorce sera rejetée, et la Cour peut dans ce problème de connexion une ordonnance déterminant les allocations de subsistance. Dans le cas où le conjoint est jugée folle et devrait être jugé incompétent par la Cour et la demande de divorce doit également être accordée, la Cour rend une ordonnance dans le jugement d'effectuer ce conjoint à une personne inapte, la nomination d'un tuteur et permettant le divorce.

Dans le cas où les juges de la Cour que le terrain sur lequel la demande de divorce est basée n'est pas adapté à la condition de l'époux invalide qui va au divorce de l'autre conjoint, ou elle n'est pas appropriée dans de telles circonstances que le divorce doit être accordé, la Cour ne peut prononcer le jugement pour arbitrer le divorce.

Section 1520. En cas de divorce par consentement mutuel, les époux s'engagent à créer un accord écrit pour l'exercice de l'autorité parentale sur chacun des enfants. En l'absence d'un tel accord ou un accord à ce sujet ne peut être atteint, la question doit être laissée à la Cour de décider.

En cas de divorce par jugement de la Cour, la Cour saisie de l'affaire de divorce doit aussi ordonner que la puissance paternelle sur chaque enfant appartient à un parti. Si, dans un tel procès, il est pensé pour être bon à emporter la puissance parentale en vertu du chapitre 1582 à partir de ce conjoint, la Cour peut rendre une ordonnance emportant le même pouvoir de ce conjoint et nomination d'une tierce personne en tant que gardien, en prenant en considération le bonheur et l'intérêt de l'enfant.

 

Lire la suite

 

Guide Touristique sur la Thailande