L'article 50 La personne revendiquant la propriété de l'actif à l'égard duquel le ministère public a déposé une demande pour qu'il soit exercé par l'État conformément à l'article 49 peut, avant que la Cour une ordonnance en vertu de l'article 51, déposer une demande satisfaisante que: 
(1) le demandeur est le propriétaire réel et l'actif n'est pas l'élément d'actif liés à la perpétration de l'infraction, ou 
(2) le demandeur est un cessionnaire de bonne foi et pour la valeur ou a obtenu l'acquisition de bonne foi et appropriée dans le cadre de bonnes mœurs ou de la charité du public.

La personne qui prétend être un bénéficiaire de l'actif à l'égard duquel le ministère public a déposé une demande pour qu'il soit exercé par l'État conformément à l'article 49 peut déposer une demande pour la protection de ses droits devant la Cour donne un ordre . À cette fin, la personne doit s'assurer que lui ou elle est un bénéficiaire de bonne foi et pour la valeur ou a obtenu le bénéfice de bonne foi et de manière appropriée dans le cadre de la morale ou la charité publique.

L'article 51 28 Lorsque la Cour a mené une enquête sur une demande déposée par le procureur vertu de l'article 49, si la Cour est convaincue que l'actif auquel se rapporte la demande est l'actif lié à la perpétration de l'infraction et que l'application de la la personne qui prétend être le propriétaire ou son cessionnaire en vertu de l'article 50 alinéa premier n'est pas tenable, la Cour doit donner une commande que l'actif sera investi dans l'État.

Asset vertu du paragraphe un, si c'est l'argent, l'Office transmet une moitié au Fonds et l'autre moitié au ministère des Finances. Si elle est autre type d'actif, les règles de l'armoire doivent être suivies.

Aux fins du présent article, si la personne qui prétend être le propriétaire ou cessionnaire de l'actif prévu à l'article 50 alinéa premier est la personne qui est ou a été associé à un délinquant d'une infraction ou une infraction de blanchiment d'argent, il doit être présume que tous les actifs est l'élément d'actif liés à la perpétration de l'infraction ou transférés de mauvaise foi, comme c'est le cas peut être.

Section 51 / 1 29 Si le tribunal considère cet actif dans la pétition n'est pas liée à la perpétration d'une infraction, le tribunal renvoie le dit bien. Dans un tel cas, où il n'ya pas de demandeur à l'actif retenue dans les deux an à partir de la date, la Cour a rendu l'ordonnance de retour, l'actif doit tomber dans le Fonds. "

Dans le cas où un demandeur a déposé une requête en vertu de la loi d'autres qui ont plus de deux ans de la prescription, l'Office est de restituer le bien au créancier. Si le bien est dans l'état qui ne peuvent être retournés, au contraire, l'argent doit être versé par le Fonds. S'il n'ya pas de demandeur dans vingt ans, l'actif doit tomber dans le Fonds. Règles et lignes directrices en garde à vue et l'entretien des actifs ou de l'argent qui reste encore à être réclamés doivent être en conformité avec les règles prescrites par le Conseil "

L'article 52 Dans le cas où la Cour a ordonné que l'actif sera investi dans l'État en vertu de l'article 51, si la Cour mène une enquête sur l'application de la personne qui prétend être le bénéficiaire de l'article 50 paragraphe deux et est d'avis que il est défendable, la Cour doit donner une vue de protéger les droits du bénéficiaire, avec ou sans conditions.

Aux fins du présent article, si la personne qui prétend être le bénéficiaire conformément à l'article 50 alinéa deux est la personne qui est ou a été associé à un délinquant d'une infraction ou une infraction de blanchiment d'argent, il est présumé que ces prestations sont au profit de l'existence ou l'acquisition de ce qui est de mauvaise foi.

L'article 53 Dans le cas où la Cour a ordonné que l'actif sera dévolu à l'Etat en vertu de l'article 51, s'il apparaît par la suite de la demande du propriétaire du bien cessionnaire ou du bénéficiaire et à partir l'enquête de la Cour selon laquelle c'est le cas en vertu des dispositions de l'article 50, la Cour doit ordonner le retour de ces actifs ou de déterminer les conditions pour la protection des droits du bénéficiaire. Si le rendement de l'actif ou de la protection de la droite y est impossible, le paiement de son prix ou une indemnisation par conséquent doit être faite, selon le cas peut être.

La demande en vertu de l'alinéa premier doit être déposée dans l'année à partir de l'ordonnance du tribunal que les actifs soient acquis dans l'État devient définitive et le demandeur doit prouver que la demande en vertu de l'article 50 a été incapable d'être déposé à cause du manque de connaissance de la publication ou notification écrite par la cause Secrétaire général ou d'autres intervenant raisonnable.

Avant que la Cour donne une ordonnance en vertu de l'alinéa premier, la Cour notifie au Secrétaire général d'une telle demande et de donner au procureur la possibilité de saisir un aspect et présenter une opposition à la demande.

Section 54 Dans le cas où la Cour a donné un ordre que l'actif lié à la perpétration de l'infraction dévolus à l'Etat en vertu de l'article 51, s'il semble y atout supplémentaire lié à la perpétration de l'infraction, le procureur peut déposer une demande d'ordonnance d'un tribunal que les actifs soient acquis dans l'Etat, et les dispositions du présent chapitre sont applicables mutatis mutandis.

L'article 55 après que le procureur a déposé une demande en vertu de l'article 49, s'il ya un motif raisonnable de croire que les actifs liés à la perpétration de l'infraction peut être transféré, distribué ou enlevé, le Secrétaire général peut renvoyer l'affaire à le ministère public pour le dépôt d'une demande ex parte à la Cour pour son ordonnance provisoire saisir ou fixer ces actifs avant une ordonnance en vertu de l'article 51. Dès réception de cette demande, la Cour de le considérer comme une question d'urgence. S'il ya des preuves convaincantes que la demande est justifiée, la Cour doit donner une vue comme l'avait demandé, sans délai.

L'article 56 Lorsque le comité de transaction ou le Secrétaire général, selon le cas, a donné un ordre saisir ou fixer un bien en vertu de l'article 48, le fonctionnaire compétent confié procède à la saisie ou la fixation de l'élément d'actif en conformité avec l'ordre et en faire rapport avec la valorisation de cet actif sans délai.

La saisie ou de l'actif et la valorisation de celle-ci doit être en conformité avec les règles, procédures et conditions prescrites dans le règlement ministériel

Pourvu que les dispositions du Code de procédure civile s'appliquent mutatis mutandis.

L'article 57 30 La rétention et la gestion des biens saisis ou fixé par une ordonnance du comité de transaction ou le Secrétaire général ou le tribunal, en vertu du présent chapitre, le cas échéant, doit être en conformité avec les règles prescrites par le Conseil .

 

Lire la suite

 

Guide Touristique sur la Thailande