L'homme d'affaires qui est le fabricant ou l'importateur pour la vente d'une marchandise contrôlée étiquette, le cas échéant, doit préparer l'étiquette de ces produits avant la vente et l'étiquette doit contenir des déclarations à l'alinéa premier. À cette fin, les états de (2) et (3) de l'alinéa premier doit être faite en conformité avec les règles et la procédure prescrite par le Comité sur les étiquettes en publiant dans la Gazette du gouvernement.

 

Section 32. L'homme d'affaires ne doit pas être contraint de divulguer des questions confidentielles de la production en raison de la prescription d'une déclaration d'un label vertu de l'article 30, à moins telle déclaration est nécessaire à la santé, l'hygiène et la sécurité des consommateurs

 

L'article 33. Lorsque le Comité sur les étiquettes est d'avis que toute étiquette n'est pas conforme à l'article 31, le comité a le pouvoir d'ordonner à l'homme d'affaires de cesser d'utiliser l'étiquette ou de rectification de cette étiquette.

 

L'article 34. Tout homme d'affaires qui est douteux que son label ne viole ou ne se conforme pas à l'article 31 peut demander à la Commission sur les étiquettes pour examen et avis sur l'étiquette telle. Dans un tel cas, l'article 29 s'appliquent mutatis mutandis.

 

Section 35. Aux fins de la supervision et l'inspection de l'exploitation de l'entreprise concernant les produits de marques contrôlées, le ministre a le pouvoir de publier dans la Gazette du gouvernement une notification exigeant l'homme d'affaires production de ces biens d'avoir et de tenir des comptes, des documents et des preuves pour l'inspection du fonctionnaire compétent.

 

La méthode de tenue des comptes, des documents et des preuves en vertu du paragraphe ne doit être prescrit dans le règlement ministériel.

 

Partie 2 bis

Protection des consommateurs sur le contrat

 

L'article 35 bis. Dans toute entreprise, en liaison avec la vente de marchandises ou la prestation de services si le contrat de vente ou un tel contrat de service requis par la loi ou la coutume d'être faite par écrit, le comité sur le contrat doit avoir le pouvoir de fournir aux entreprises tels pour être une entreprise contrôlée à l'égard de contrat.

 

Un contrat entre un homme d'affaires et les consommateurs dans le commerce contrôlé à l'égard de contrat doit être des descriptions suivantes:

(1) stipulant les conditions du contrat, qui s'il n'est pas nécessaire stipulée dans le contrat, le consommateur serait déraisonnable désavantageux;

(2) ne précisant les clauses contractuelles abusives pour le consommateur.

 

Pourvu que, sous réserve des règles, conditions et les modalités prescrites par le Comité sur le contrat, et au bénéfice des consommateurs comme un tout, le Comité sur le contrat peut permettre à un entrepreneur de pouvoir préparer un contrat en conformité avec la forme prescrite par le Comité sur le contrat.

 

La prescription en vertu du paragraphe un et deux doivent être en conformité avec les règles et procédures prescrites par l'arrêté royal.

 

L'article 35 ter. Lorsque le Comité sur le contrat stipule que toute la durée du contrat pour un contrat d'une entreprise contrôlée à l'égard de contrat doit stipuler ou ne précise pas tous les termes du contrat avec une condition prévue à l'article 35 bis, si ce contrat ne stipule pas un tel contrat des termes ou conditions du contrat stipulent que telle, mais ne se conforme pas son état, ce contrat est réputé pour stipuler les conditions contractuelles ou termes du contrat stipulent telle condition, comme c'est le cas peut être.

 

L'article 35 trimestre. Lorsque le Comité sur le contrat stipule que tout contrat d'une entreprise contrôlée à l'égard de contrat stipulent pas tous les termes du contrat prévu à l'article 35 bis, si ce contrat stipulent les conditions contractuelles telles, il sera considéré que les termes du contrat ne porte pas existent.

 

L'article 35 quinque. Le Comité sur le contrat doit avoir le pouvoir de prescrire l'un de l'entreprise en relation avec la vente de marchandises ou la prestation de services à une entreprise contrôlée par rapport à réception du paiement.

 

La réception du paiement d'une entreprise contrôlée par rapport aux éléments de preuve sur le reçu de paiement doivent être des descriptions suivantes:

 

(1) Ayant indications et déclarations nécessaires qui, si ces indications ou déclarations ne sont pas poursuivis, les consommateurs serait déraisonnable désavantageux.

 

(2) Ne pas avoir les déclarations injuste pour les consommateurs.

 

Pourvu que, il doit être en conformité avec les règles, conditions et mentions prescrites par le Comité sur le contrat.

 

La prescription en vertu du paragraphe un et deux doivent être en conformité avec les règles et procédures prescrites par l'arrêté royal.

 

L'article 35 du sexe. Lorsque le Comité sur le contrat stipule que la réception du paiement de l'entreprise contrôlée quant à la preuve de la réception du paiement doit contenir toute déclaration ou déclaration avec les conditions ou ne doit contenir aucune déclaration au titre de l'article 35 quinque, les dispositions de l'article 35 ter et l'article 35 trimestre s'applique à ces éléments de preuve de réception du paiement mutatis

 

L'article 35 septem. Dans le cas où une personne exploitant une entreprise dans le cadre de la vente de biens ou la prestation de services fait une promesse pour un contrat de garantie pour le consommateur, ce contrat doit être faite par écrit, signée par cette personne ou à son mandataire et livrés à le consommateur avec les biens ou services.

Si le contrat en vertu du paragraphe ci est faite dans une langue étrangère, la traduction en thaï y sont annexés.

 

L'article 35 octo. L'homme d'affaires doit avoir une obligation de livrer le contrat ayant termes du contrat ou les termes du contrat avec la forme correcte, conformément à l'article 35 bis ou de livrer les preuves de réception du paiement ayant renseignements corrects et les déclarations en conformité avec l'article 35 de quinque le consommateur dans le cours normal de ce type d'entreprise ou au sein du délai prescrit par le comité sur le contrat en publiant dans la Gazette du ouvernement sur quelle période de temps devient due en premier.

 

L'article 35 Novem. Tout homme d'affaires qui doute que son formulaire de contrat d'élément de preuve, dès réception du paiement sera violer ou ne parviennent pas à se conformer à cette Ac, homme d'affaires peut exiger que le comité sur le contrat à donner un avis préalable sur la forme. Dans ce cas, les dispositions des sections de l'article 29 s'appliquent mutatis mutandis.

 

Lire la suite

Guide Touristique sur la Thailande