Dans le cas où le Directeur général ou le gouverneur de la province estime que la demande d'annulation de la demande pour l'adoption de l'enfant va à l'encontre du bien-être de l'enfant, ou que le père ou la mère qui demande l'annulation a été retirée du la tutelle par le tribunal, le demandeur doit continuer à s'occuper de l'enfant sur le placement probatoire. Le candidat à l'alinéa premier peut faire appel contre l'ordonnance du directeur général de la gouverneur de la province par le dépôt de son recours devant le tribunal dans les trente jours à compter de la date de réception de la commande. L'ordonnance du tribunal de première instance sont définitives.

Section 26. Pendant le stage probatoire d'un enfant si le fonctionnaire compétent conseille le Directeur général ou le gouverneur provincial, selon le cas, que l'auteur n'est pas apte à être autorisé à adopter l'enfant, lorsque le Directeur général ou les ordres gouverneur de la province à un cessez le placement de l'enfant, le demandeur doit remettre l'enfant à l'officier compétent, et les dispositions de l'article 24, paragraphe deux, sont applicables.

Le demandeur peut interjeter appel contre l'ordonnance du directeur général ou le gouverneur de la province dans un paragraphe, par le dépôt de son recours devant le tribunal dans les trente jours la forme la date de réception de ladite ordonnance.

L'ordonnance du tribunal de première instance dans le deuxième paragraphe est définitive.

Section 27. Après le placement de stage de l'enfant est complète et il semble que la demande est apte à adopter l'enfant, et le conseil approuve l'adoption, l'enregistrement de l'adoption de l'enfant doivent être appliquées pour en conformité avec la loi régissant tel.

Aux fins de l'inscription de l'adoption, le consentement donné par la personne qui a le pouvoir de donner son consentement à l'adoption tel que présenté par l'article 20 doit être considéré comme le consentement à l'enregistrement.

Section 28. Après le placement de stage de l'enfant est complète, s'il apparaît que le demandeur n'est pas approprié d'adopter l'enfant, la dose und Conseil de ne pas approuver l'adoption, le directeur général ou le gouverneur provincial, le cas échéant , doit ordonner au requérant de retourner l'enfant à la personne qui a le pouvoir de donner son consentement à l'adoption, ou pour les parents, le tuteur ou le fonctionnaire compétent. Dans un tel cas, le demandeur doit restituer l'enfant, et la disposition de la section. 24, deuxième alinéa, sont applicables.

Le demandeur peut interjeter appel contre l'ordonnance de l'Office dans le premier paragraphe par le dépôt de sa requête auprès du tribunal un délai de trente jours à compter de la date de réception de la commande.

En attendant la procédure judiciaire, le requérant peut demander au tribunal que l'enfant reste sous ses soins.

L'ordonnance du tribunal de première instance dans les paragraphes deux et trois seront définitives.

Section 29. Lorsque le conseil approuve l'adoption tel que mentionné dans l'article 27 ou en appel le cas contre l'ordonnance du Conseil comme indiqué dans l'article 28 est faite, et le tribunal a autorisé l'adoption de l'enfant, si le demandeur ne procède pas avec l'inscription de l'adoption de l'enfant dans les six mois à compter de la date de réception de l'ordre de l'approbation du conseil d'administration ou de la date du prononcé de l'ordonnance, il sera considéré qu'il a renoncé à ses droits et retour de la remise de l'enfant à la personne qui a le pouvoir de donner son consentement à l'adoption ou au fonctionnaire compétent, et les dispositions de l'article 24, paragraphe deux, sont applicables.

Section 30. Quand un appel contre une ordonnance est rendue à la cour de la présente loi, le tribunal doit envoyer une copie de la pétition et d'informer le Directeur général, le président du Conseil, ou le gouverneur provincial, selon le cas peut être, de la date fixée pour entendre la cause.

L'article 31 Le procès d'une affaire et la lecture d'un jugement du tribunal concernant l'adoption d'enfants par la présente loi doit être faite dans les portes fermées, et seules les personnes suivantes sont autorisées à figurer dans la salle du tribunal.:

(1) Les parents, tuteur ou la personne qui a le pouvoir de donner son consentement à l'adoption, et l'avocat;

(2) Le demandeur et l'avocat;

(3) La personne qui soulève l'objection et l'avocat;

(4) Les officiers de justice;

(5) Les fonctionnaires compétents et les officiers de l'organisme de protection enfant concerné;

(6) Les témoins, de spécialistes, et l'interprète; 

(7) Les personnes convoquées par la cour pour faire des déclarations factuelles et d'autres personnes que le tribunal estime indiquée.

Si le tribunal estime que toute personne ne devrait pas rester dans la salle d'audience pendant une partie de l'audience, le tribunal a le pouvoir d'ordonner à toutes les personnes ou telle personne de sortir de la salle du tribunal.

Section 32. Nul ne peut diffuser l'image, le nom ou toute déclaration qui mènera une autre personne pour venir à connaître l'enfant d'être adopté ou l'enfant adopté, le père ou la mère ou le tuteur de l'enfant à être adaptées ou l'enfant adopté, ou la personne qui demande ou d'adopter l'enfant, et la publication des ordonnances du tribunal en vertu de la présente loi est également interdite, sauf si elle est nécessaire à des fins officielles,

L'article 33. Instance en vertu de cette loi sont exempts de frais de justice.

Section 34. Toute personne qui viole l'article 6 ou l'article 18 sera punie d'un emprisonnement d'une équipe d'acte plus de trois ans ou une amende ne dépassant pas 30 000 baht ou par ces deux peines et fines.

Section 35. Quiconque entrave ou fait défaut de payer de commodité pour les personnes qui exercent des fonctions en vertu du paragraphe 16 (1) ou omet d'obtempérer à l'ordre donné en vertu du paragraphe 16 (2) doit être puni par une peine d'emprisonnement de pas plus de trois mois ou par une amende ne dépassant pas trois mille bahts, soit par ces deux peines et fine,

Section 36. Si un candidat à l'adoption d'un enfant refuse de retourner l'enfant conformément à l'article 24, article 25, alinéa premier, section. 26, alinéa premier, l'article 28, alinéa premier, et l'article 29, il sera puni d'un emprisonnement d'une durée de sot plus de six mois ou d'une amende de ne pas bouger de plus de dix mille bahts, soit par ces deux peines et fines.

Section 37. Quiconque viole l'article 32 sera punie d'un emprisonnement d'une durée n'excédant pas six mois ou d'une amende de pas plus de dix mille bahts, soit par ces deux peines et fines.

Section 38. Dans le cas des délinquants passibles de la peine à la présente loi est une personne morale, son directeur général, gérant ou représentant doit aussi ht passible de la peine fixée par la loi pour cette infraction, sauf s'il peut prouver qu'il n'a pas pris pan au la commission de cette infraction.

Section 39. Le ministre de l'Intérieur est chargé et le contrôle de l'exécution de la présente loi et ont le pouvoir de nommer des fonctionnaires compétents et émettre règlement ministériel pour l'exécution de la présente loi.

Ces ministérielle entrera en vigueur dès leur publication dans la Gazette du gouvernement.

Contreseing:

S. HOTRAKITYA 
Vice-Premier Ministre 
(Référence Government Gazette, Volume 96, Partie spéciale, le 22 avril BE 2522 (1979)

Département de la protection du public 
Bangkok, Thaïlande 
25 Juin 1980

 

Retour à la 1er page des lois sur l'adoption des enfants en Thailande

Retour à la page des lois Thailandaise

 

Guide Touristique sur la Thailande