Loi sur la Gestion des enjeux et des actions de partenariat des ministres

Loi Thailandaise

 

La loi de La Gestion des enjeux et des actions de partenariat des ministres
ÊTRE 2543 (2000)

-------

Bhumibol Adulyadej, REX. 
Vu sur le 1er jour de Juillet BE 2543; 
Étant l'année du 55e anniversaire de règne.


Sa Majesté le Roi Bhumibol Adulyadej est gracieusement heureux d'annoncer que:

Considérant qu'il est opportun d'avoir une loi sur la gestion des enjeux de partenariat et les actions des ministres;

Considérant qu'il est conscient que cette loi contient certaines dispositions par rapport à la restriction des droits et libertés des personnes, à l'égard duquel l'article 29, en conjonction avec l'article 48 et article 50 de la Constitution du Royaume de la Thaïlande afin de permis en vertu de la loi;

Que ce soit donc, promulguée par le Roi, par et avec l'avis et du consentement de l'Assemblée nationale, comme suit: 
Section 1. Cette loi est appelée la «Gestion des enjeux et des actions de partenariat des ministres de loi BE 2543 (2000)".

Section 2. La présente loi entrera en vigueur dès le jour suivant la date de sa publication dans la Gazette du gouvernement. *

Section 3 Dans la présente loi.: 
«Ministre» désigne le Premier ministre ou un ministre au sein du Conseil des Ministres;

«Personne morale» désigne une personne morale chargée par le ministre à gérer les enjeux de partenariat ou d'actions des ministres de la présente loi;

"NCCC» désigne la Commission nationale de lutte contre la corruption.

Section 4 Un ministre ne doit pas être un associé ou un actionnaire dans une société ou encore comme un partenaire ou actionnaire d'une société, sauf dans les cas suivants.: 
(1) dans une société en commandite, un ministre peut être un partenaire à responsabilité limitée d'un montant ne dépassant pas cinq pour cent du capital total de ces partenariats; 
(2) dans une société à responsabilité limitée ou société anonyme, un ministre peut être un actionnaire I, un montant ne dépassant pas cinq pour cent du montant total des actions émises dans cette société;

. Section 5 Dans le cas où un ministre désire recevoir des prestations en tant que partenaire ou actionnaire d'une société d'un montant qui dépasse la prescription de l'article 4, le ministre procède comme suit: 
(1) informer le président de la Commission nationale de lutte contre la corruption par écrit dans les trente jours à compter de la date de sa nomination comme ministre; 
(2) le transfert de l'enjeu de partenariat ou d'actions en partenariat ou société à une personne morale au sein de 90 jours à compter de la date de notification au président de la Commission nationale de lutte contre la corruption, et sur l'accomplissement d'un tel transfert de participations ou d'actions de partenariat à l' personne morale, le ministre avise le président de la Commission nationale de lutte contre la corruption par écrit dans les dix jours à compter de la date du transfert de participations ou d'actions de partenariat.

Section 6. Une personne morale à laquelle un ministre peut transférer les enjeux de partenariat ou d'actions pour la gestion de la présente loi doit être une personne morale ayant la compétence pour gérer des fonds personnels dans la loi sur les valeurs mobilières et de titres d'échange ou une personne morale qui gère des actifs pour le bénéfice d'autres tel que prévu par la loi à l'approbation de la CNCC.

Section 7. Une personne morale à laquelle un ministre peut transférer les enjeux de partenariat ou d'actions pour la gestion doit être une personne morale qui n'a pas d'administrateurs ou dirigeants chargés par personne morale pour agir en tant que gestionnaires dans l'administration et la gestion des enjeux de partenariat ou d'actions de ministres, tout en ayant des avantages ou des intérêts avec le ministre, le conjoint du ministre ou d'un créancier ou débiteur de la ministre.

Section 8. Dans le transfert de participations ou d'actions de partenariat des ministres à une personne morale en vertu du présent Acte, le Ministre doit transférer la propriété des participations de partenariat ou d'actions à la personne morale absolue, mais la gestion ou l'achat de prestations liées à l'enjeu de partenariat ou les actions des ministres, doit être en conformité avec les conditions du contrat pour la gestion des enjeux de partenariat du ministre ou d'actions.

Dans un transfert de participations de partenariat ou d'actions, qui sont soumis à une charge existant à la date du transfert, un tel transfert ne doit pas porter préjudice aux droits des créanciers de cette obligation, et le créancier de l'obligation ne peut s'opposer à un tel transfert.

L'article 9 Un contrat pour la gestion des enjeux de partenariat ou d'actions d'un ministre doit être établi en conformité avec la forme prescrite par une notification de la CNCC, qui doit au moins inclure des détails sur les questions suivantes.: 
(1) les détails relatifs à l'enjeu de partenariat ou d'actions de ministres qui sont transférés à la personne morale; 
(2) les détails sur la méthode de transfert ou cession de participations ou d'actions de partenariat, des méthodes de gestion des participations de partenariat ou d'actions et l'achat de prestations dans les enjeux de partenariat transférées ou d'actions, dont les caractéristiques ne fixent un cadre pour la gestion ou acquisition des avantages de telle manière à permettre au ministre d'exercer un contrôle de la gestion ou l'achat de prestations; 
(3) la rémunération et le mode de paiement de la rémunération, le cas échéant; 
(4) les passifs et les limitations aux passifs résultant de la gestion des enjeux de partenariat ou d'actions; 
(5) le paiement des avantages découlant de la gestion des enjeux de partenariat ou d'actions; 
(6) la méthode pour le retour des enjeux de partenariat ou de transfert des actions et des avantages découlant de la gestion des enjeux de partenariat ou d'actions.

Dans la prescription d'une forme contractuelle pour la gestion des enjeux de partenariat et les actions des ministres, le NCCC peut prescrire des conditions ou des limites à la portée des accords oraux, dont un ministre et de personne morale peut légitimement conclure.

Entrée en un accord par ailleurs qu'en vertu des modalités contractuelles de gestion des participations de partenariat et les actions des ministres en vertu de la forme prescrite par le CNCC, sont interdites.

Section 10. A l'issue d'un transfert de participations ou d'actions de partenariat à la personne morale par le ministre, la personne morale devra déclarer la réception d'enjeux de partenariat transférés ou parts ainsi que transmettre une copie du contrat pour la gestion des enjeux de partenariat ou part des ministres de la NCCC dans les dix jours à compter de la date d'exécution contractuelle. Dans ce cas, le NCCC procède à la divulgation d'une telle copie du contrat pour le public de la manière qu'il juge appropriée sans délai.

 

 

Lire la suite de la Loi sur la Gestion des enjeux et des actions de partenariat des ministres

Guide Touristique sur la Thailande