CHAPITRE 2

Demande et la délivrance des licences concernant les stupéfiants (22) L'article 15 Nul ne peut produire, importer, exporter, céder ou de posséder des stupéfiants de catégorie I, à moins que le ministre des permis pour la nécessité de l'utilisation des services gouvernementaux.

La demande d'un permis ou l'autorisation doit être en conformité avec les règles, procédures et conditions prescrites dans le Règlement ministériel.

La production, l'importation, l'exportation ou la possession de stupéfiants de catégorie I en quantité comme les suivants doivent être considérés comme la production, l'importation, l'exportation ou la possession aux fins de l'élimination

(1) Dextrolyzer ou le LSD est de la quantité calculée pour être des substances pures du point zéro 75 milligrammes ou plus ou qui est des substances narcotiques son de quinze doses ou plus ou qui est pur de poids de trois cents milligrammes ou plus.

(2) l'amphétamine amphétamines ou dérivés est de la quantité calculée pour être des substances pures de 375 milligrammes ou plus ou qui est des substances narcotiques ci d'une cinquantaine de doses ou plus ou qui est du poids pur de un virgule cinq grammes ou plus.

(3) stupéfiants de catégorie I, à moins (1) et (2) est de la quantité calculée pour être des substances pures de trois grammes ou plus. (23) L'article 16 Nul ne peut produire, importer ou exporter des stupéfiants de catégorie II, sauf il a obtenu la licence d'autorité concédante pour la nécessité de l'utilisation des services gouvernementaux.

La demande et la délivrance d'un permis doit être en conformité avec les règles, procédures et conditions prescrites dans le Règlement ministériel.

En considérant une licence à une personne en vertu du paragraphe un, la personne qui demande un permis doit être responsable des dépenses en matière d'analyse ou de l'adhésion du document technique en conformité avec les règles et la procédure prescrite par le Comité par la publication dans la Gazette du gouvernement.

L'article 17 Nul ne peut aliéner ou posséder des stupéfiants de catégorie II à moins qu'il ait obtenu une licence. 
La possession de stupéfiants de catégorie II en quantité calculée pour être des substances pures d'une centaine de grammes ou plus doit être considéré comme la possession aux fins d'élimination.

La demande et la délivrance d'un permis doit être en conformité avec les règles, procédures et conditions prescrites dans le règlement ministériel.

Article 18 La disposition de l'article 17 ne s'applique pas aux: 
(1) la possession de stupéfiants de catégorie II en quantité ne dépassant pas ce qui est nécessaire pour son usage personnel tel que certifié par un médecin ou praticien de première classe de la médecine moderne dans la branche de la médecine dentaire qui est en charge du traitement;

(2) la possession de stupéfiants de catégorie II en quantité ne dépassant pas ce qui est nécessaire pour les ordinaires des premiers soins ou en cas d'urgence survenant à bord d'un navire, un aéronef ou tout autre véhicule qui est utilisé dans les transports publics internationaux et ne sont pas enregistrés au sein du Royaume, mais si le véhicule est enregistré déclaré dans le Royaume, la demande de licence doit être déposée conformément à l'article 17.

L'article 19 L'autorité concédante peut délivrer un permis de disposer de stupéfiants ou de posséder de la catégorie II, s'il apparaît que le demandeur est:

(1) Ministère, Sous-ministère, département, locaux administratifs, y compris l'organisation Administration métropolitaine de Bangkok, Croix-Rouge thaïlandaise ou de l'Organisation pharmaceutique;

(2) personne exerçant dans le transport international public, ou (24) (3) profession médicale, praticien pharmaceutique, dentiste, première classe et de vétérinaire praticien

(A) ayant lieu de résidence en Thaïlande. 
(B) ne pas avoir été condamné par un jugement définitif de la loi sur les stupéfiants, la loi sur les substances psychotropes, la loi sur le Contrôle de l'utilisation de substances volatiles, la loi sur les mesures pour la répression des contrevenants à une infraction relative aux stupéfiants et les loi sur la médecine. 
(C) ne pas avoir sa licence pour exercer la profession médicale ou licence pour exercer praticien pharmaceutique, licence pour exercer dentiste ou de première classe vétérinaire praticien ou de licence en vertu de la présente loi suspendu ou révoqué et la période de suspension ou de révocation n'a pas été écoulés. 
(D) n'étant pas une personne faible d'esprit ou d'infirmité mentale. 
(E) n'étant pas une compétence dans le ou quasi incompétent.

En considérant une licence à une personne en vertu du paragraphe un, l'autorité concédante doit tenir compte de la nécessité de la possession à des fins d'élimination ou de la possession de stupéfiants et peut fournir toute condition qu'elle juge appropriées

(25) L'article 20 Nul ne peut produire, importer, exporter, céder ou de posséder dans le but de stupéfiants disposition de catégorie II, sauf s'il a obtenu l'autorisation de l'autorité concédante

Les dispositions d'un paragraphe ne s'applique pas aux:

(1) La cession ou la possession à des fins d'élimination de stupéfiants de catégorie III qui praticien pharmaceutiques, praticien dispose ou ne dispose que pour le patient sous son traitement,

(2) La cession ou la possession à des fins d'élimination de stupéfiants de catégorie III qui première classe vétérinaire praticien céder ou de posséder à des fins d'élimination seulement pour l'animal dans sa guérison.

Prévoir que la profession médicale, dentiste, première classe vétérinaire praticien doit posséder les qualifications prescrites à l'article 19 (3).

La demande et la délivrance d'un permis doit être en conformité avec les règles, procédures et conditions prescrites dans le Règlement ministériel.

La possession de stupéfiants de catégorie III qui est supérieure à la quantité de la ministre prescrit par l'approbation du comité doit être présumé comme possédant pour l'élimination.

 

Lire la suite


 

Guide Touristique sur la Thailande