. Section 27 (17) Le permis expire lorsque:

(1) le titulaire cesse son opération:

(2) le licencié conformément à l'article 16 s'applique à l'annulation de l'affichage de la marque en standard sur ses produits industriels;

(3) la notification ou l'arrêté royal déterminant une nouvelle norme, modifier ou révoquer la norme dans le cadre de ce genre de produits industriels entre en vigueur, en cas de déterminer une nouvelle norme ou modification de la norme, le titulaire de permis désireux de se conformer aux nouvelle norme ou la norme modifiée soumet une demande de permis avant la date à laquelle la norme nouvelle ou modifiée entrera en vigueur. Après avoir soumis la demande à cet effet, il doit continuer son opération sous la licence précédente et au titre de la norme précédente dans le délai prescrit par le Conseil qui ne doit pas dépasser un an à compter de la date de la nouvelle norme ou modifié entrera en vigueur.

 

Section 28. Lorsque le titulaire cesse son opération, il doit en aviser le Conseil par écrit dans les trente jours à compter de la date de cessation de celle-ci.

 

Section 29. Le titulaire de permis conformément à l'article 20 ou l'article 21 interdit de fabriquer les produits industriels en conforminty avec la norme de celle-ci ou de l'importation des produits industriels qui sont en conformité avec les normes de celle-ci, selon le cas peut être.

 

Section 30. Le ministre doit déterminer une marque standard pour être utilisés en relation avec les produits industriels vertu de l'article 16, article 20 et l'article 21.

 

La description, les décisions et de méthode d'affichage de la marque standard doit être en conformité avec les règles et procédures prescrites dans le règlement ministériel.

 

Section 31. Aucune autre personne que le titulaire de licence conformément à l'article 16, l'article 20 ou l'article 21 doit utiliser la marque standard.

 

Section 32. Nul ne peut imiter la marque standard, afin de tromper le public.

 

L'article 33. (18) Le titulaire de permis conformément à l'article 20 et l'article 21, porte la marque standard avant de prendre des produits industriels hors des locaux où ils sont fabriqués ou avant de les recevoir par le directeur Costoms. Dans ce dernier cas, le ministre peut autoriser que la marque standards seront exposées par la suite dans les conditions spécifiées.

 

Dans le cas où l'autorisation de fabrication de produits d'importation industrielle différente de la norme prévue à l'article 20 bis ou de l'article 21 bis, selon le cas peut être, a été accordée, la personne titulaire du permis ou autorisé doit afficher la marque ou d'une déclaration indiquant que ces industriels produits ne sont pas conformes à la norme à la présente loi en vertu de l'alinéa premier. Une telle marque ou de déclaration doit être prescrit par le Conseil.

 

Dans le cas où il ya une preuve que les produits industriels importés sont conformes à une norme extérieure n'est pas inférieure à la norme à la présente loi et à l'étranger marque standard est affiché à ce sujet, le Conseil peut exempter le titulaire ou la personne autorisée d'utiliser la marque la norme en vertu du paragraphe un ou marque ou d'une déclaration en vertu du paragraphe deux, comme c'est le cas peut être.

 

L'article 34. En utilisant la marque standard, le titulaire doit provoquer son nom ou sa marque de commerce déposée d'être affiché en conformité avec les règles et procédures prescrites dans le règlement ministériel.

 

Section 35. Aucun titulaire de permis conformément à l'article 16, l'article 20 ou l'article 21 doit afficher la marque standard sur les produits industriels qui ne sont pas conformes à la norme.

 

L'article 36. (19) Nul ne doit annoncer, vendre ou avoir à vendre, tout produit industriel en sachant qu'elle n'est pas conforme à l'article 16, article 20, article 20 bis, l'article 21, article 21 bis, l'article 29 ou l'article 33 paragragh un ou l'alinéa deux, ou que c'est un produit industriel sur lequel la marque standard est affichée en violation de l'article 31, l'article 32 ou l'article 35.

 

L'article 37. (20) Le Conseil a le pouvoir de suspendre un permis pour une période n'excédant pas trois mois à chaque fois quand il est constaté que le titulaire de licence contrevient ou omet de se conformer à l'article 24, article 25, article 29, alinéa premier de l'article 33 , l'article 34, l'article 35 ou le règlement ministériel délivré en vertu de cette loi ou les conditions prescrites par le Conseil en vertu de l'article 25 bis.

 

Section 38. Si la personne dont le permis a été suspendu a respecté la présente loi, le Conseil peut annuler l'ordonnance suspendant le permis avant la fin de la période de suspension.

 

Section 39. Le Conseil a le pouvoir de révoquer un permis quand il est constaté que le titulaire dont le permis a été suspendu a commis une infraction similaire dans les cinq dernières années.

 

L'article 39 bis. (21) Le ministre a le pouvoir de révoquer l'autorisation donnée en vertu de l'article 20 bis ou de l'article 21 bis, quand il est constaté que la personne titulaire du permis ou autorisé, selon le cas, ne s'est pas conformé à l'article 33, paragraphe deux ou les règles ou les conditions prescrites par le Conseil.

 

Section 40. Avant de suspendre un permis en application de l'article 37 ou de révoquer une licence en vertu de l'article 39, le Conseil ordonne à l'Institut de donner au titulaire un avertissement écrit pour rectifier sa pratique dans un délai déterminé, mais il ne l'exonère pas de la responsabilité pour l'infraction commise par la présente loi. Dans le cas où le titulaire a déclaré n'est pas trouvé, l'avertissement écrit doivent être affichés sur l'établissement spécifié dans la licence, et le titulaire est réputé avoir connaissance de l'avertissement de la date de celle-ci.

 

L'article 41. (22) Lorsque l'ordonnance rendue en vertu de l'article 37, l'article 39 ou l'article 39 bis a été émis, l'Institut doit aviser par écrit la personne concernée de la suspension, de révocation ou d'annulation. Dans le cas où la personne concernée n'est pas trouvée, un avis doit être affiché sur l'établissement spécifié dans la licence ou permis, selon le cas, et cette personne est réputée avoir connaissance de l'ordre de la date de celle-ci.

 

Section 42. Lorsque le Conseil suspend ou révoque un lincence, le licencié a le droit de recours contre l'ordonnance du ministre dans les trente jours à compter de la date de la connaissance de l'ordre.

 

La décision du ministre est définitive.

 

Pendant l'appel, l'appelant peut demander au ministre de surseoir à l'exécution de l'ordonnance de suspension ou de révocation de la licence.

 

Section 43. Une personne dont le permis en relation avec un type particulier de produits industriels a été révoqué ne peut pas demander une nouvelle licence à cet égard jusqu'à ce qu'une période de six mois à compter de la date de la connaissance de l'ordre s'est écoulé.

 

Lire la suite

__________________________________________________________

 

(17) Tel que modifié par l'article 7 de la Loi sur les normes de produits industriels (n ° 4), BE 2531 (1988)

 

(18) Tel que modifié par l'article 8 de la Loi sur les normes des produits industriels (n ° 3) BE 2522 (1979)

 

(19) Tel que modifié par l'article 9 de la Loi sur les normes des produits industriels (n ° 3) BE 2522 (1979)

 

(20) Tel que modifié par l'article 8 de la Loi sur les normes des produits industriels (n ° 4) BE 2531 (1988)

 

(21) Tel que modifié par l'article 10 de la Loi sur les normes de produits industriels (n ° 3) BE2522 (1979)

 

(22) Tel que modifié par l'article 11 de la Loi sur les normes des produits industriels (n ° 3) BE 2522 (1979)

 

 

Guide Touristique sur la Thailande