L'’EAU

6. La déperdition d’eau par le corps (dans la sueur, l’urine et les fèces) est un processus

physiologique normal. Au cours d’une journée d’activité normale, quand la température

ambiante est de 20 °C, un adulte moyen perd de deux à trois litres d’eau. Des facteurs, comme

l’exposition au froid ou à la chaleur, l’activité intense, l’altitude, les brûlures ou la maladie,

peuvent augmenter encore le phénomène. Il faut remplacer cette eau.

7. La déshydratation résulte de la déperdition de liquides organiques qui ne sont pas

adéquatement remplacés. Elle diminue le bon fonctionnement de l’organisme et, lorsqu’on est

blessé, elle augmente le risque de tomber dans un état de choc grave. Considérez les

conséquences d’une perte des liquides corporels :

a. Une perte de 5 pour cent provoque la soif, l’irritabilité, la nausée et la faiblesse.

b. Une perte de 10 pour cent provoque des étourdissements, des maux de tête,

l’incapacité de marcher et une sensation de picotement dans les membres.

c. Une perte de 15 pour cent provoque une vision trouble, une miction douloureuse,

une tuméfaction de la langue, une sensation d’engourdissement de la peau.

d. Une perte supérieure à 15 pour cent peut entraîner la mort.

8. Les signes et les symptômes les plus communs de la déshydratation sont les suivants :

a. urine foncée et dégageant une forte odeur;

b. faible débit urinaire;

c. yeux enfoncés et sombres;

d. fatigue;

e. instabilité émotionnelle;

f. perte d’élasticité de la peau;

g. lenteur du rétablissement de la circulation sanguine dans le lit unguéal;

h. apparition d’un sillon au milieu de la langue;

i. et soif (en fin de liste, parce que le besoin impérieux de boire indique déjà une

déshydratation de deux pour cent).

9. On doit remplacer l’eau à mesure qu’on la perd. En situation de survie, il est difficile de

combler ce déficit, et la soif n’est pas un bon indicateur des besoins en eau.

10. La plupart des gens ne peuvent boire plus d’un litre d’eau à la fois. Ainsi, afin de

prévenir la déshydratation, il est recommandé de boire de petites quantités d’eau à intervalles

réguliers même si l’on n’a pas soif.

11. En cas de stress physique ou mental ou en conditions difficiles, il faut augmenter sa

consommation d’eau et boire suffisamment de liquide pour garder un débit urinaire de 0,5 litre

par période de 24 heures.

12. Si l’apport en nourriture est faible, il faut boire de 6 à 8 litres d’eau par jour. Dans les

climats extrêmes, particulièrement ceux qui sont arides, une personne normale peut perdre de 2,5

à 3,5 litres d’eau à l’heure. Dans ce type de climat, il faut boire de 14 à 30 litres d’eau par jour.

13. La perte d’eau s’accompagne d’une perte d’électrolytes (sels minéraux). Un régime

normal peut généralement combler ces pertes, mais dans des situations extrêmes ou lorsqu’on est

malade, il faut trouver d’autres sources. En mélangeant 0,25 cuillerée à thé de sel à un litre

d’eau, on obtient une concentration en électrolytes facilement assimilable par les tissus corporels.

14. De tous les problèmes éprouvés dans les situations de survie, la perte d’eau est le plus

facile à prévenir. Voici quelques conseils généraux pour prévenir la déshydratation :

a. Toujours boire de l’eau en mangeant. Le processus de la digestion, qui utilise

et consomme de l’eau, peut entraîner la déshydratation.

 

b. S’acclimater. L’organisme fonctionne plus efficacement quand il est acclimaté.

c. Ménager la sueur, pas l’eau. Il faut limiter les activités qui provoquent la

sudation, et boire de l’eau.

d. Rationner l’eau. À moins d’avoir trouvé une source convenable, il faut

judicieusement rationner l’eau. L’ingestion quotidienne de 500 centimètres cubes

(0,5 litre) d’une solution sucrée (2 cuillerées à thé de sucre par litre d’eau) suffit à

prévenir pour une semaine au moins une déshydratation grave, pourvu que les

pertes hydriques soient réduites au minimum en limitant les activités et les pertes

ou les gains de chaleur.

15. Il y a plusieurs façons d’estimer la perte liquidienne. Un pansement de combat standard

absorbe environ 0,25 litre de sang (le quart d’une gourde). Un t-shirt trempé absorbe de 0,5 à

0,75 litre de liquide.

16. On peut aussi estimer les pertes liquidiennes en utilisant le pouls et la fréquence

respiratoire.

a. Pour une perte de 0,75 litre, le pouls mesuré au poignet est inférieur à

100 battements par minute et la fréquence respiratoire se situe entre 12 et

20 respirations par minute.

b. Pour une perte de 0,75 à 1,5 litre, le pouls se situe entre 100 et 120 battements par

minute et la fréquence respiratoire entre 20 et 30 expirations par minute.

c. Pour une perte de 1,5 à 2 litres, le pouls se situe entre 120 et 140 battements par

minutes et la fréquence respiratoire entre 30 et 40 respirations par minute. Audel

à de ces valeurs, le sujet a besoin de soins poussés.

Guide Touristique sur la Thailande